Des livres & des auteurs
« L’Empire du mail » de Jean Grimaldi d’Esdra (éditions Librinova)

« Au commencement était le mail » semble être la nouvelle règle de fonctionnement des managers. S’il (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://inscription.salondesentrepreneurs.com/paris/
Accueil
 
L’éditorial de Jacques Gautrand - Décembre 2010
Ne confondons pas indépendants et chefs d’entreprise ...
Un indépendant n’est pas forcément un "chef" d’entreprise ...
 

L’envie de se mettre à son compte est toujours intense dans notre pays. En particulier chez les jeunes que l’on disait naguère attirés par la fonction publique, synonyme de sécurité et de tranquillité ...

Ainsi près d’un jeune sur deux de la « génération Y » (18-30 ans), étudiant ou en activité, se verrait bien dans la peau d’un chef d’entreprise. Et 17% des jeunes actifs déclarent envisager de quitter leur job dans l’année pour créer leur boîte ou devenir auto-entrepreneur, selon un sondage réalisé par Opnion Way pour le cabinet KPMG.(1)

Cette enquête confirme les résultats d’un autre sondage effectué auprès de cette classe d’âge pour le Salon des Entrepreneurs (2). Il révélait que 13% (soit plus d’un million de jeunes) ont un projet de création qu’ils souhaitent concrétiser dans les deux ans.
Leurs motivations ? Etre indépendant et s’épanouir sont les deux premiers mobiles mis en avant par les jeunes candidats à la création d’entreprise.
Cela se comprend, lorsqu’on entend dire que l’ambiance de travail dans les grandes structures n’est pas toujours très motivante. Que les jeunes cadres et notamment ceux qu’on appelle les managers intermédiaires (middle management) ne se sentent pas suffisamment reconnus et valorisés par les dirigeants.
Luttes de pouvoir, rivalités, bureaucratie, lourdeur des circuits de décisions, réunionite ... qui font le lot quotidien de la vie de bureau ne sont pas de nature à favoriser l’épanouissement des individualités, surtout à un âge où on brûle d’impatience de réaliser des choses. Et de se réaliser !

Mais la création d’enteprise, que certains décrivent comme la dernière grande aventure du 21ème siècle, n’est pas pour autant un chemin de roses. Il ressemble plutôt à un sentier "GR" (grande randonnée) en terrain escarpé. Tant les obstacles abondent. Seuls les marcheurs les plus tenaces, les plus obstinés, et les plus débrouillards, réussisent à rester dans la course. Il leur faudra aussi une bonne dose d’humilité pour accepter de se remettre en question et, si nécessaire de changer d’itinéraire ...

Aux aspirants créateurs, on recommande la lecture du dernier baromètre Fiducial des TPE (3) qui, depuis dix ans, donne une photographie du moral et de la conjoncture des entreprises de moins de 20 salariés (lesquelles sont au nombre de 2,5 millions dans notre pays, la moitié n’ayant pas de salariés) ...

Que nous apprend ce quarantième baromètre Fiducial des TPE réalisé par l’IFOP ?

Même si trois dirigeants de TPE sur quatre considèrent que le métier de chef d’entreprise est plus difficile aujourd’hui qu’il y a dix ans, une forte proportion d’entre eux se dit prêt à retenter l’aventure (73%). Et ils sont 63% à conseiller à leurs enfants ou petits-enfants de devenir chef d’entreprise.
Un message, comme on l’a vu, qui trouvera un terrain favorable auprès des jeunes générations.

D’autant que le ressort principal de la création d’entreprise reste toujours le même. Lorsqu’on demande aux dirigeants de TPE installés ce qui les a poussés à se lancer, ils répondent en majorité : « ne pas avoir à rendre de comptes à un supérieur » !

Les entrepreneurs sont des personnalités foncièrement indépendantes qui vivent mal tout lien de subordination à un supérieur hiérarchique ...

Mais il y a un point intéressant que dans ce baromètre Fiducial : les patrons de TPE ne sont pas enclins à grandir.
Seuls 9% d’entre eux envisagent d’augmenter leurs effectifs au cours de l’année prochaine - soit le niveau le plus bas depuis la création du baromètre en 2007 ! Et seulement 20% déclarent vouloir augmenter la taille de leur entreprise dans les dix ans qui viennent.

Indépendant, chef d’entreprise : deux démarches et deux vocations à ne pas confondre

Cette situation met en lumière la différence fondamentale qui existe entre un « indépendant » et un « chef d’entreprise ». Tous les deux ont la fibre entrepreneuriale, tous les deux sont foncièrement indépendants, mais le périmètre de leur « engagement » n’est pas le même.

Les deux sont pro-actifs : ils veulent décider, s’engager et pouvoir constater le résultat de leurs choix.
Mais prendre une décision – ce qui est la prérogative de tout dirigeant – est beaucoup plus simple pour un indépendant qui n’emploie pas de salariés. Car son choix, bon ou mauvais, n’aura de conséquence que sur lui-même.

En revanche, le dirigeant d’une entreprise qui emploie plusieurs salariés a « charge d’âme ». Ses décisions engagent une communauté de travail. Laquelle est aussi, qu’on le veuille ou non, une « communauté de destin ».
Car un « responsable », est, par définition, la personne capable de « répondre » de ses choix face aux autres. Et d’en assumer les conséquences.

C’est pourquoi tout le monde n’a pas les qualités nécessaires d’un "chef" d’entreprise.

Oui, il faut encourager tous ceux qui veulent se mettre à leur compte. La France pourrait compter de 500 000 à un million d’indépendants supplémentaires !

Mais faire émerger une vague de véritables "chefs" d’entreprise est une tâche plus complexe. Qui suppose un « éco-système », un environnement culturel, universitaire, juridique, réglementaire, fiscal ... particulièrement favorable. Et que notre pays est loin d’avoir, malgré tous les discours officiels dans ce sens.

La responsabilité d’un chef d’entreprise est celle de chef d’une entité collective.

Si 1,8 million « d’entreprises » en France n’ont aucun salarié, c’est que la plupart de ces indépendants ( foncièrement des « solos ») n’ont nullement l’intention d’embaucher ou de grandir.

Au mieux, ils sont très heureux tout seuls ; au pire , ils se débrouillent comme ils peuvent(souvent grâce à l’aide de leur conjoint). Mais ils n’ont généralement ni l’envie ni la volonté de grandir, car cela n’est pas leur vocation, cela ne rentre pas dans leur projet de vie. « Gérer du personnel ? Non merci ! » répondent-ils en substance.

- Il est donc important de cibler, par des dispositifs et des encouragments spécifiques, les chefs d’entreprises qui ont intérêt à grandir et à se développer, parce qu’ils en ont l’envie, le projet, l’ambition.
Ils sont naturellement beaucoup moins nombreux que les indépendants "solos" (solitaires invétérés !) : quelques centaines de milliers. Mais ces chefs d’entreprise sont le "fer de lance" de notre économie, parce que réeellement porteurs d’un potentiel de croissance et d’emplois.

Il est indispensable que les pouvoirs publics créent un environnement "sur mesure", propice à la croissance à laquelle ces chefs d’entreprise aspirent.
Que demandent-ils ? moins de complications administratives, réglementaires, fiscales. Et surout que la charge de la protection sociale de l’ensemble des Français ne repose pas uniquement sur le ponctionnement de la valeur ajoutée produite par ces employeurs volontaires.

C’est pourquoi, la réforme de la fiscalité qui pèse sur le travail est urgente !

- Une action publique qui confond et mélange, dans sa panoplie de mesures, les indépendants et les chefs d’entreprise perd en efficacité car elle est inadaptée aux premiers comme aux seconds.
Et elle prive le pays d’un potentiel de développement économique considérable.
Un potentiel dont la France a bien besoin en ce moment.

Jacques Gautrand
jgautrand[ @ ]consulendo.com

(1) - « La Génération Y face à l’Entreprise », sondage Opinion Way pour KPMG, octobre 2010. Lire les résultats complets

(2) - "Les moins de 30 ans et l’esprit d’entreprise en France", sondage Opinion Way réalisé pour l’APCE, CER France, le Codice et le Salon des Entrepreneurs, janvier 2010.

(3) - Enquête réalisée par l’IFOP pour Fiducial auprès d’un échantillon de 1 003 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés, constitué selon les critères secteur d’activité de l’entreprise, taille de l’entreprise, région d’implantation de l’entreprise et interrogé par téléphone du 19 octobre au 4 novembre 2010. Lire les résultats du baromètre Fiducial

Les indépendants sont « essentiels à la croissance économique du Royaume-Uni », estiment le gouvernement de David Cameron et les milieux d’affaires britanniques.

C’est ce que nous apprend la Cybergazette , l’excellente revue électronique des freelances, animée par Michel Paysant :

«  Je dois vous exprimer la haute admiration que je porte à des gens qui quittent le confort d’un salaire régulier pour se mettre à leur compte. Cela demande un grand courage – et, sans ce courage, notre pays serait un endroit plus pauvre. Les 1,4 million de freelances dans notre pays apportent une contribution massive à notre économie. De plus en plus de gens choisissent le travail en freelance, reconnaissant qu’il représente le juste équilibre entre le travail et la vie personnelle au 21e siècle, et, en se battant pour la croissance économique ce gouvernement leur emboîte le pas.  »
Telle est la teneur du message adressé par David Cameron, Premier ministre britannique au PCG (Professionnal Contractors Group), l’association des freelances au Royaume-Uni, le 23 novembre 2010.

Une étude commanditée par le PCG révèle que 60 % des businessmen britanniques confessent qu’il serait difficile de faire des affaires sans les freelances ; 55 % des hommes d’affaires estiment qu’ils sont essentiels à la croissance britannique, et 64 % que le concept de la journée de travail de 9H à 5H est ‘ringarde’ et ne s’applique plus à ceux avec lesquels ils travaillent.
Du côté des professionnels indépendants, 73 % des 1 624 freelances interrogés par le PCG déclarent avoir choisi le travail indépendant comme une option de carrière à long terme.
« Nous sommes heureux de constater que le travail indépendant est vu comme une nécessité par le monde des affaires à travers le Royaume-Uni », déclare John Brazier, directeur du PCG.

- Découvrez la Journée du Freelance au Royaume Uni

Lire aussi...
 Déconnexion
 L’Europe,
notre histoire, notre avenir
 Présidentielle 2017
Le « modèle social français » en questions
 Le travail est-il fini ?
Non, car les besoins sont infinis !
 LA FRANCE EN 2017
Facteurs d’incertitudes et motifs d’espérance...
 IDÉES POUR 2017 (III)
Rêvons d’une France aux 20 millions d’actionnaires...
 Entrepreneurs,
qu’attendre des politiques ?
 IDÉES POUR 2017 (II)
La réforme fiscale , « mère » de toutes les réformes
 Démocratie directe vs Démocratie représentative :
laquelle triomphera à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux ?
 IDÉES POUR 2017 (I)
Pour ou contre un revenu universel d’existence ?
 La vraie "fracture" française
 DROIT DU TRAVAIL : LA RÉFORME INTROUVABLE
 L’esprit d’entreprise et d’initiative : une authentique « énergie durable » pour la France ...
Ne la décourageons pas !
 La grande transformation numérique
 L’économie « participative » en questions
 L’entreprise à valeur humaine, un modèle d’avenir
  L’économie française est pénalisée par l’accumulation de mauvaises décisions et de fausses "bonnes idées"
 L’investissement est la clé de la croissance ...
Mais de quel investissement parle-t-on ?
  Plutôt que de parler d’« emplois », si nous parlions de métiers, de professions, de savoir-faire, de qualifications, de talents …
 2015 :
Et si nous retrouvions (enfin !) la culture du projet ?
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page