Des livres & des auteurs
« L’Empire du mail » de Jean Grimaldi d’Esdra (éditions Librinova)

« Au commencement était le mail » semble être la nouvelle règle de fonctionnement des managers. S’il (...)

Lire la suite 
Agenda
Du lundi 9 octobre 2017 au 22 octobre 2017
Entreprendre en franchise, pourquoi pas vous ?
 
Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
https://boutique.lexpress.fr/livres/entreprise-management/guide-la-franchise-2017.html
Accueil
 
L’éditorial de Jacques Gautrand - Septembre 2010
Retraites, salaires : l’heure de vérité
 

Le drame français tient en un chiffre et quelques mots : 4 millions de personnes sans emploi ou en sous-emploi. Ne cherchons pas ailleurs la racine de nos maux actuels : déficits des comptes sociaux ; tensions sociales et familiales ; conflits de générations ; exclusion ...

Dirigeant du syndicat Force Ouvrière entre 1963 et 1989, André Bergeron, avait coutume de dire à la veille de grandes négociations sociales : « Il faut qu’il y ait du grain à moudre ... » - c’est-à-dire de l’argent à (re)distribuer.
En cette rentrée 2010, où la France est confrontée à de lourdes échéances économiques et sociales, la question est toujours pertinente : « Y-a-t-il du grain à moudre ? »

Du côté des finances publiques, la réponse est évidemment non.
Le gouvernement cherche partout des sources d’économies pour combler des déficits abyssaux. Il s’est engagé à trouver 20 milliards d’économies annuelles pendant trois ans ...
Précisons que le déficit du budget de l’Etat devrait avoisiner les 150 milliards d’euros en 2010, alors que la principale recette en face, la TVA, ne rapportera que 127 milliards ...
Le service de la dette publique (43 milliards) absorbe à lui seul près de la totalité de l’impôt sur le revenu ! (1)

Avec plus de 4 millions de personnes au chômage ou en sous-emploi – sur une population d’actifs (effectivement au travail) de 23 millions – notre pays se distingue de ses voisins par la masse colossale des revenus de transferts sociaux qui complètent soit l’absence de salaires soit des revenus d’activité trop faibles. (Ce sous-emploi structurel est à la racine des déficits des comptes sociaux ... )

Certes, ce généreux « bouclier social » dont profite une large partie de la population (et qui encourage l’immigration), a atténué l’impact de la crise financière internationale : les économistes appellent cela des « amortisseurs ». Il a notamment permis de maintenir le niveau de consommation des ménages, quasi-unique moteur de la croissance de notre PIB national (les deux autres moteurs, l’investissement et les exportations, étant anémiés depuis longtemps !).

Mais cet « amortisseur social » a un coût financier de moins en moins supportable parce qu’essentiellement financé par l’impôt pesant sur une minorité d’actifs. Et par ailleurs, il masque la fragilité structurelle de notre économie et la dégradation profonde de notre appareil productif national. Sans oublier qu’il entretient dans l’imaginaire collectif l’illusion que « la France est riche » et que l’Etat trouvera toujours de "l’argent caché" à redistribuer ...

En cette rentrée 2010, la marge de manœuvre du gouvernement est donc très mince.
D’autant que l’Etat employeur est lui-même contraint de réduire sa masse salariale (en limitant, là où il peut, la croissance des effectifs de fonctionnaires où en « externalisant » des postes ou des missions de service public) ... (2)

Retraite à 60 ans : une nouvelle Ligne Maginot intenable

-  La nécessaire réforme des retraites se heurte à une forte opposition syndicale, notamment dans le secteur public (où la réforme est pourtant édulcorée). Dans leur for intérieur, les Français ont bien compris que, face à l’allongement de l’espérance de vie (et d’une entrée de plus en plus tardive sur le marché du travail), la retraite pour tous à 60 ans est une Ligne Maginot intenable. Et il suffit de regarder ce qui se passe chez nos voisins européens où l’âge officiel de la retraite est partout beaucoup plus élevé ...

-  Mais le gouvernement - affaibli par l’annonce prématurée de son remaniement -, même s’il dispose d’une majorité parlementaire pour faire passer sa réforme, doit se battre sur plusieurs fronts. Il se heurte à une opinion publique en désarroi, harcelée par les incendies médiatiques de l’été : « affaire » Bettencourt-Woerth ; débat sur l’insécurité ; expulsions de "Roms" ... Un climat de malaise et de doutes qui s’étend jusque dans le camp de la majorité où des critiques sur le style Sarkozy s’expriment au grand jour. Au sein de la majorité présidentielle, des voix se sont fait entendre pour demander un maintien de la date-butoir de 65 ans ainsi que quelques aménagements de la loi sur les retraites. Mais le gouvernement s’accroche au cœur de son texte (l’agenda 62-67 ans) tandis qu’il féraille avec le front commun des syndicats et des partis de gauche, lesquels ont trouvé dans ce refus hétéroclite une occasion inespérée d’unité.
La grande inconnue étant de savoir de quel côté penchera l’opinion publique. Le gouvernement parie sur la lassitude ...

-  Et du côté des entreprises, « y-a-t-il du grain à moudre » en cette rentrée ?
La situation est contrastée. Les grands groupes - internationalisés dans leurs activités comme dans leur actionnariat - sont depuis longtemps présents dans les zones de la planète les plus dynamiques, allant « chercher la croissance » hors de nos frontières . Ils ont donc restauré plus rapidement que prévu leur profitabilité.
Ces dernières années, ils ont surtout embauché …à l’étranger. La pyramide des âges ne leur est pourtant plus favorable : du fait des départs à la retraite des générations nées dans l’après-guerre, tous ces groupes vont devoir régénérer leurs effectifs, même s’ils ont repoussé ce moment au maximum.

- Des vagues de recrutement en masse de jeunes recrues ont d’ailleurs commencé (banques, assurances, informatique …) ; elles restent insuffisantes pour absorber les 600 000 à 700 000 nouveaux entrants chaque année sur le marché du travail.
Mais il ne serait pas étonnant, compte tenu de la demande de renouvellement du secteur public national et territorial, que la pénurie de cadres soit devant nous ...

-  Quant aux PME (99% des entreprises françaises), leur situation financière est beaucoup moins enviable. Hormis celles qui se déploient à l’export ou travaillent dans des secteurs de pointe, la plupart des PME ont été frappées de plein fouet par la récession. Elles ont vu fondre leur trésorerie, subi une dégradation des conditions de paiement et ont dû réduire leurs effectifs … ou déposer le bilan.
Cependant, si elles n’investissent pas sur les compétences, si elles ne sont pas capables de s’attacher les talents et le dynamisme des nouvelles générations, elles se condamnent au déclin ou à la disparition ...

Partage de la valeur ajoutée

-  Après deux années où la crise a pu faire taire certaines revendications - et aussi occulter des erreurs de gestion -, dirigeants et salariés vont être prochainement confrontés à l’heure de vérité.

-  Beaucoup d’entreprises ont réussi à traverser la crise en obtenant de leurs salariés, au mieux le « gel » des salaires, au pire des baisses de revenus (suppression des primes, réduction des congés, chômage partiel). Ces sacrifices ont été obtenus, grâce, reconnaissons-le, au pragmatisme des grandes centrales syndicales, mais aussi à l’abnégation des collaborateurs misant sur un retour à « bonne fortune » dont les fruits seraient équitablement partagés le moment venu …

-  Les signes d’un retour (progressif) de la croissance économique (même modérée) et l’amélioration des bilans vont-ils donner un peu de « grain à moudre » aux inévitables négociations sociales qui s’annoncent ?

En Allemagne, avec 2,2% de croissance du PIB enregistrés au deuxième trimestre, la chancelière Angela Merkel a bien saisi l’importance des enjeux à venir et encourage le patronat à lâcher du lest sur les salaires ...

-  En France, dont l’économie est plombée par la charge écrasante des déficits publics (et donc des prélèvements sociaux et fiscaux corrélés), une augmentation générale des salaires n’est guère réaliste ...
Cependant les dirigeants d’entreprises ne pourront longtemps échapper à une remise à plat du « partage de la valeur ajoutée » entre actionnaires et salariés. Et ils doivent s’y préparer en élaborant des réponses concrètes. Car il en va de la cohésion sociale et aussi de la motivation des troupes, première source de performance.

-  Pour sortir gagnant-gagnant des confrontations et négociations à venir dans notre pays, il n’y a pas d’autre alternative que de développer massivement l’intéressement et l’actionnariat salarié (des dispositifs existent mais il faudrait une politique nationale volontariste et réellement incitative. Et la tentation des pouvoirs publics d’augmenter la taxation de l’intéressement n’est pas très judicieuse ...).

Développer l’épargne-retraite

-  De même que la réforme des retraites ne pourra réussir à moyen terme qu’en injectant dans notre système dit de « répartition » (en réalité "pyramidal" : les nouveaux entrants payent pour les "sortants" !) une bonne dose d’épargne – ce que la gauche a tort de vouloir diaboliser avec le mot de « capitalisation » (3).

-  D’ailleurs, les Français que l’on dit si attachés au système de « répartition » sont prévoyants : si nous avons le taux d’épargne parmi les plus élevés de la planète, c’est que chacun, héritier du bon sens paysan, pense à « mettre de côté pour ses vieux jours » : tel investissant dans la pierre, tel autre dans un fonds de commerce, tel autre dans l’assurance vie ... En réalité les Français pratiquent depuis belle lurette la capitalisation individuelle pour leur retraite, comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir ... Rêvons un peu. Il suffirait que cette pratique ancrée dans nos moeurs puisse trouver une traduction formelle ou institutionnelle pour que la nécessaire réforme de notre système de retraite devienne plus consensuelle dans notre vieux pays.
Qui disait les Français plus cigales que fourmis ?

Jacques Gautrand
jgautrand[ @ ]consulendo.com

(1) On peut trouver tous ces chiffres, ainsi que l’état mensuel de l’exécution du budget sur le portail du ministère du budget

(2) 6 millions de salariés dans le secteur public ! Selon les derniers chiffres officiels, la France compte 5,277 millions de fonctionnaires (Etat + Hôpitaux + Collectivités territoriales). Si les effectifs de la fonction publique d’Etat diminuent, ceux de la fonction publique territoriale se sont accrus de 518 000 collaborateurs depuis 1998 !
Et si l’on ajoute au 5,3 millions de fonctionnaires, les 800 000 salariés des entreprises publiques, on dépasse les 6 millions de personnes sous statut public, soit 25% des actifs employés dans notre pays ; un sur quatre : un record !

- (3) Ségolène Royal, le 9 septembre sur France 2, a dénoncé les fonds de pension qui, selon elle, n’ont qu’un objectif : faire main basse sur le système des retraites pour casser la répartition et instaurer un système de capitalisation jugé diabolique ... Mais Mme Royal s’est bien gardé de rappeler aux téléspectateurs que le seul fonds de pension opérant en France s’appelle la PREFON et il est exclusivement réservé ... aux fonctionnaires.
A ce sujet, on trouvera plus d’infos sur le site de l’Ifrap

Lire aussi...
 PME-TPE :
une rentrée sociale pleine de promesses... et d’inconnues
 Déconnexion
 L’Europe,
notre histoire, notre avenir
 Présidentielle 2017
Le « modèle social français » en questions
 Le travail est-il fini ?
Non, car les besoins sont infinis !
 LA FRANCE EN 2017
Facteurs d’incertitudes et motifs d’espérance...
 IDÉES POUR 2017 (III)
Rêvons d’une France aux 20 millions d’actionnaires...
 Entrepreneurs,
qu’attendre des politiques ?
 IDÉES POUR 2017 (II)
La réforme fiscale , « mère » de toutes les réformes
 Démocratie directe vs Démocratie représentative :
laquelle triomphera à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux ?
 IDÉES POUR 2017 (I)
Pour ou contre un revenu universel d’existence ?
 La vraie "fracture" française
 DROIT DU TRAVAIL : LA RÉFORME INTROUVABLE
 L’esprit d’entreprise et d’initiative : une authentique « énergie durable » pour la France ...
Ne la décourageons pas !
 La grande transformation numérique
 L’économie « participative » en questions
 L’entreprise à valeur humaine, un modèle d’avenir
  L’économie française est pénalisée par l’accumulation de mauvaises décisions et de fausses "bonnes idées"
 L’investissement est la clé de la croissance ...
Mais de quel investissement parle-t-on ?
  Plutôt que de parler d’« emplois », si nous parlions de métiers, de professions, de savoir-faire, de qualifications, de talents …
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page