Des livres & des auteurs
"Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant

Au départ, il voulait simplement "indexer" l’Internet... Comment le moteur de recherche américain (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://inscription.salondesentrepreneurs.com/paris/
Accueil - À suivre ...
 
Présidentielles 2017 : la CGPME interpelle les candidats sur leurs propositions en faveur des entreprises
 

Paris, le 15 septembre 2016. La CGPME va mettre à profit son forum annuel "Planète PME" (qui se tient le 18 octobre 2016 au palais Brongniart, ex-siège de la Bourse de Paris) pour interpeller les candidats à la primaire de la Droite et du Centre. Les huit prétendants (*) à l’investiture suprême sont invités à venir présenter leur programme économique devant quelque 600 chefs d’entreprise que la CGPME réunira la veille, le lundi 17 octobre, à 17H30 place de la Bourse.

Le 18 octobre, bon nombre de ministres devraient se succéder dans les allées de "Planète PME" qui a choisi cette année comme slogan : «  La croissance c’est nous ! ». Une façon de rappeler aux politiques que ce sont les entreprises qui créent la richesse et l’emploi et non les pouvoirs publics...

François Asselin - CGPMEParlant au nom de 98% des entreprises françaises - sur 3,5 millions d’entreprises, la France ne compte que 3 000 sociétés de plus de 500 salariés - la CGPME se sent légitime pour demander aux responsables politiques de créer un environnement propice au développement des initiatives entrepreneuriales, à l’innovation et à la prise de risque : « Nous souhaiterions que la sollicitude que tous les dirigeants politiques témoignent en parole à l’égard des PME se concrétise dans les actes par une politique qui soutienne réellement l’activité de nos entreprises et permette à la France d’aller de l’avant ! », a plaidé François Asselin, le président de la confédération patronale, lors de la présentation aujourd’hui du programme de "Planète PME" 2016.

Les griefs de la CGPME à l’encontre de la politique gouvernementale ne manquent pas. Notamment pour dénoncer le poids croissant des contraintes administratives et réglementaires qui pèsent sur les PME. Ainsi, l’entrée en vigueur du Compte Pénibilité dont la tenue méticuleuse pour chacun de ses salariés échoit à chaque chef d’entreprise, et qui est vécue comme une complication supplémentaire, au milieu d’une législation sociale déjà très contraignante, alourdie par la récente loi Travail.

Une réforme « absurde »

François Asselin a saisi cette occasion pour exprimer sa totale opposition à la réforme du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu qui devrait transformer chaque chef d’entreprise en collecteur d’impôt à compter du 1er janvier 2018 : « une décision absurde », à ses yeux, d’autant que, a-t-il souligné, la France dispose d’une « administration fiscale très performante dans le recouvrement de l’impôt » (et qu’il n’y a donc, estime-t-il, aucune raison de déléguer cette tâche aux entreprises).

Le président de la CGPME redoute que, l’IRPP (impôt sur le revenu des personnes physiques) étant un impôt « déjà complexe », ce prélèvement à la source ne devienne une source supplémentaire de complication pour les PME, et un ferment de litiges à venir entre, d’une part, les salariés et leur employeur (« en cas d’erreur, le salarié ira voir son patron plutôt que de se tourner vers l’administration fiscale ») et, d’autre part, entre les PME et les services fiscaux car « des sanctions sont déjà prévues » pour les entreprises qui n’appliqueraient pas correctement les consignes de ce prélèvement sur salaires...

A ce propos, François Asselin a révélé qu’il avait été reçu par le secrétaire d’Etat au budget Christian Eckert, à qui il avait proposé, avant l’annonce de cette réforme, que des expérimentations soient effectuées auprès d’un échantillon de PME, afin de tester ce prélèvement à la source sur le terrain avant de l’étendre à l’ensemble des entreprises : « mais nous n’avons pas été écoutés ! »

Le président de la CGPME nous a déclaré qu’il comptait sur le bon sens des candidats à la présidence de la république pour suspendre cette réforme après l’élection.

(*) Jean-François Copé ; François Fillon ; Alain Juppé ; Nathalie Kosciusko-Morizet ; Bruno Le Maire ; Hervé Mariton ; Jean-Frédéric Poisson ; Nicolas Sarkozy.

- Toutes les infos sur le programme de PLANÈTE PME 2016

Lire aussi...
 PRÉSIDENTIELLE 2017 : la CPME fait 89 propositions de réforme et interpelle les candidats sur leur politique à l’égard des entreprises
 Prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu :
la contre-proposition du Medef
 Les TPE considèrent le poids des impôts et des charges comme un frein au développement de leur activité
 Loi Travail :
Le Conseil constitutionnel entérine la création d’une « instance de dialogue social » au sein des réseaux de franchise, avec des réserves mineures
 Loi Travail :
Plusieurs fédérations du commerce, des services et de la franchise interpellent le président de la République
 Loi El Khomri et entreprises franchisées : controverse autour d’un article "explosif"
 Une fondation pour favoriser la création d’entreprises en franchise dans les quartiers dits "sensibles"
 Cinq propositions de jeunes entrepreneurs pour relancer la croissance et créer des emplois
 Services aux personnes : naissance de la FNSP le 1er janvier 2016
 Financement des TPE : la FCGA et la Banque de France organiseront le 15 janvier 2016 un colloque sur ce thème
 Seuils sociaux :
une étude allemande confirme l’effet dissuasif des seuils sur l’emploi dans les PME françaises
 Loi Macron :
la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA) interpelle à nouveau le ministre de l’Économie
 Aude de Thuin renonce à "l’Art du Jardin" en mai au Grand Palais, mais redéploie "Osons la France"
 Simplification : Laurent Granguillaume doit présenter de nouvelles mesures en faveur des entreprises
 Simplification : la DGCIS devient la Direction générale des entreprises
 Le prêt à la création d’entreprise (PCE) en questions
 Financement des TPE-PME : Les banques prennent 5 engagements
 Les CCI refusent de passer sous la coupe des Régions
 Fiscalité des entreprises : le patronat pose six préalables au gouvernement
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page