Des livres & des auteurs
FRANCHISE 2017
Le Guide complet est paru !
Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://inscription.salondesentrepreneurs.com/paris/
Accueil - À suivre ...
 
PRÉSIDENTIELLE 2017 : la CPME fait 89 propositions de réforme et interpelle les candidats sur leur politique à l’égard des entreprises
 

Paris, le 6 mars 2017. Sous le titre « 5 ans pour agir », la confédération des PME (CPME, ex-CGPME) vient de publier, en prévision de l’élection présidentielle, 89 propositions de réforme (1) et a invité ce jour les principaux candidats à venir détailler leur politique à l’égard des entreprises devant ses adhérents.

La CPME interpelle les candidats à la présidentielle 2017

Le 6 mars 2017, se sont succédé à la tribune Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan, devant un parterre de dirigeants de petites et moyennes entreprises réunis au siège de la CPME, au cours d’une matinée très dense animée par le président de la confédération, François Asselin. On a noté l’absence de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon...

Les candidats présents ont abondé dans le sens des souhaits de la CPME d’une réduction de la fiscalité pesant sur les sociétés, fiscalité qui handicape les PME et compresse leurs marges (une des causes de leur sous-capitalisation structurelle).

Autres points de consensus entre les candidats présents : la simplification administrative, destinée à réduire "l’impôt paperasse" qui accapare l’entrepreneur (et le détourne de ses tâches prioritaires), et l’appel à une « stabilité fiscale et réglementaire » qui fait aujourd’hui cruellement défaut. Ainsi Emmanuel Macron s’est-il engagé à ce qu’un même impôt ne puisse pas faire l’objet de modification au cours d’un mandat de cinq ans...

L’ex-ministre de l’économie et François Fillon convergent sur l’engagement à plafonner à 30% (charges sociales comprises) l’impôt sur le capital et ses revenus. Tous les deux ont aussi plaidé en faveur d’"une administration qui adopte une attitude d’accompagnement et de conseil de l’entrepreneur plutôt qu’une posture de contrôle et de sanction".

En revanche, Marine Le Pen a été beaucoup moins convaincante lorsqu’elle a abordé la question controversée de la sortie de la zone euro et la création d’un "nouveau franc" ou de l’imposition d’une sur-taxation sur les produits importés. Elle n’a pas réussi à lever les craintes légitimes des PME qui travaillent à l’international et qui bénéficient de « l’interdépendance actuelle des économies » : comme l’a objecté un chef d’entreprise qui réalise une bonne partie de son chiffre d’affaires à l’étranger, une telle surtaxe déclencherait des mesures de rétorsion immédiate de la part des autres pays, ce qui freinerait inévitablement les exportations françaises...
Sans parler de la fuite des capitaux qui ne manquerait de se produire dès l’annonce d’une sortie de l’euro, entraînant fatalement la mise en place d’un contrôle des changes, lequel handicaperait fortement tous les entrepreneurs qui prospectent ou travaillent sur des marchés étrangers...

De nombreuses convergences avec le programme Fillon

Parmi les mesures préconisées par la CPME, c’est manifestement le programme de François Fillon qui colle le plus aux attentes des PME :

Ainsi le candidat de la droite et du centre a annoncé qu’il supprimerait le Compte Pénibilité que la confédération des PME juge « inadapté et inapplicable ».
Il a aussi annoncé qu’il supprimerait le prélèvement à la source, dispositif contre lequel s’est vivement élevée la CPME (c’est aussi l’engagement de Nicolas Dupont-Aignan) et qu’il supprimerait l’ISF, « impôt absurde », selon ses propres termes (alors qu’Emmanuel Macron souhaite le conserver en le "spécialisant" sur le patrimoine immobilier).

Par ailleurs François Fillon a annoncé qu’il relèverait « dès cet été », en le doublant, le niveau de déclenchement des seuils sociaux (de 11 à 50 salariés et de 50 à 100) , ce qui correspond à la proposition N°86 de la confédération patronale. Par ailleurs le candidat s’est dit aussi favorable, comme la CPME, à la création d’un "contrat de croissance", contrat de travail lié à des objectifs de développement économique et contenant une clause de rupture prédéfinie.

(1) 89 Propositions pour les TPE-PME « 5 ans pour agir 2017-2022 ». Ce document de 22 pages détaille les 89 propositions de la CPME en 4 chapitres :

- « Encourager la prise de risques au lieu de la sanctionner ;
- « Agir pour un environnement favorable au développement des artisans, TPE et PME ;
- « Accélérer l’innovation et favoriser un développement responsable des start-up, TPE et PME ;
- « Engager un dialogue social serein et non contraint. »

Lire aussi...
 Prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu :
la contre-proposition du Medef
 Présidentielles 2017 : la CGPME interpelle les candidats sur leurs propositions en faveur des entreprises
 Les TPE considèrent le poids des impôts et des charges comme un frein au développement de leur activité
 Loi Travail :
Le Conseil constitutionnel entérine la création d’une « instance de dialogue social » au sein des réseaux de franchise, avec des réserves mineures
 Loi Travail :
Plusieurs fédérations du commerce, des services et de la franchise interpellent le président de la République
 Loi El Khomri et entreprises franchisées : controverse autour d’un article "explosif"
 Une fondation pour favoriser la création d’entreprises en franchise dans les quartiers dits "sensibles"
 Cinq propositions de jeunes entrepreneurs pour relancer la croissance et créer des emplois
 Services aux personnes : naissance de la FNSP le 1er janvier 2016
 Financement des TPE : la FCGA et la Banque de France organiseront le 15 janvier 2016 un colloque sur ce thème
 Seuils sociaux :
une étude allemande confirme l’effet dissuasif des seuils sur l’emploi dans les PME françaises
 Loi Macron :
la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA) interpelle à nouveau le ministre de l’Économie
 Aude de Thuin renonce à "l’Art du Jardin" en mai au Grand Palais, mais redéploie "Osons la France"
 Simplification : Laurent Granguillaume doit présenter de nouvelles mesures en faveur des entreprises
 Simplification : la DGCIS devient la Direction générale des entreprises
 Le prêt à la création d’entreprise (PCE) en questions
 Financement des TPE-PME : Les banques prennent 5 engagements
 Les CCI refusent de passer sous la coupe des Régions
 Fiscalité des entreprises : le patronat pose six préalables au gouvernement
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page