Des livres & des auteurs
"Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant

Au départ, il voulait simplement "indexer" l’Internet... Comment le moteur de recherche américain (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/franchise/
Accueil - Idées & perspectives
 
La coopération dans l’entreprise est un levier de performance et d’innovation
PME : Comment attirer et fidéliser les talents ?
Par Yves Bensaid (*)
 

Du fait de leur notoriété, de leur assise financière, des ressources dont elles disposent, du capital-confiance que les marchés peuvent leur accorder, les grandes sociétés paraissent mieux dotées que les PME-TPE pour attirer des collaborateurs de qualité et des expertises pointues dont elles ont besoin dans une économie hautement concurrentielle.
Dès lors, que doivent faire les TPE-PME pour séduire de jeunes diplômés des grandes écoles ou de l’université ?

Sociologue et consultant RH, Yves Bensaid (*) s’appuie sur sa longue expérience de management des ressources humaines au sein du groupe Air France, pour identifier les leviers que pourraient actionner les PME-TPE pour attirer les compétences dont elles ont absolument besoin.

PME : Comment attirer et fidéliser les talents ?
Yves Bensaid - Cabinet Trajectoire Plus Par Yves Bensaid (*)

Parmi les leviers de recrutement et de motivation des collaborateurs, émergent aujourd’hui la notoriété et l’image de marque de l’entreprise, les responsabilités transmises au salarié, le statut, la mobilité interne, les perspectives de carrière, la rémunération et ses composantes, le développement des compétences ou les avantages accordés par l’entreprise à ses salariés … Autant de facteurs qui incitent les jeunes diplômés à postuler de préférence dans les grandes entreprises.

Face à l’impressionnante panoplie des outils RH que déploient les grands groupes, les PME-TPE ont-elles les moyens de rivaliser pour attirer les talents et les compétences dont elles ont besoin ?

Pour répondre à ces question, je propose le regard des sciences sociales qui permettent la compréhension du monde du travail.

L’un des leviers de motivation qui me paraît fondamental est la qualité des coopérations dans l’entreprise. Alors que dans les grandes sociétés, les pratiques de gestion et de management peuvent apparaître « désincarnées et déshumanisées » - du fait d’une organisation plus « lointaine » et technocratique, dans les PME–TPE, au contraire, la proximité managériale confère une dimension plus humaine aux relations de travail. Voici un des atouts majeurs des PME-TPE qu’elles devraient mettre en avant.

La coopération dans l’entreprise ne se décrète pas !

Les recherches en sociologie des organisations et en ergonomie du travail notamment, ont montré qu’il existe un lien entre la qualité des coopérations dans l’entreprise et la motivation, le développement des compétences et l’efficacité de la production.

Ainsi, la culture d’entreprise qui produit du lien social peut être aussi source de fidélisation des talents.

Sur ce sujet, je vous conseille la lecture du livre de Norbert Alter, professeur des universités à Paris Dauphine et sociologue du travail, « Donner et prendre, la coopération en entreprise » (Ed. La Découverte. 2009).

Norbert Alter montre combien la coopération est « une ressource essentielle pour l’entreprise. » Or celle-ci repose sur un paradoxe : « Le management doit s’appuyer sur la qualité du lien social pour traiter les problèmes imprévus et quelquefois complexes. Il repose essentiellement sur les biens propres des collaborateurs tels que les savoirs, les représentations, les émotions ou la qualité des relations, et l’entreprise ne peut pas se les aliéner » ...

Mais la coopération dans l’entreprise ne se décrète pas du sommet !
C’est « la bonne volonté des salariés qui produit de la coopération. » Ainsi le bon fonctionnement de l’entreprise repose sur cette volonté des acteurs de donner, parce-que ce don permet d’échanger, de coopérer et ainsi d’exister en entreprise. Et le bon fonctionnement de l’organisation produit de l’efficacité voire de l’innovation.

Nous abordons ici la théorie du don qui touche à des dimensions archaïques et renvoie aux pratiques étudiées par les anthropologues dans les tribus traditionnelles. Ce point de vue peut s’appliquer au management moderne et à l’enjeu que représentent la mobilisation des compétences des salariés et leur fidélisation à l’entreprise. Pour citer à nouveau Norbert Alter : « Le défi du management n’est pas de mobiliser les salariés mais de savoir tirer parti de leur volonté de donner ». Quand le management ne prend pas en compte cette dimension, cela conduit au manque de reconnaissance tant décrié par les salariés et au désengagementdes collaborateurs de l’entreprise. Laquelle ne sait pas toujours reconnaître ce qui va bien au-delà du contrat de travail.

Cette volonté de donner, d’échanger des savoirs, des techniques, des expertises, n’a pas un but économique. Elle ne s’inscrit dans aucune règle de gestion, « ni dans la qualité des procédures. » Elle repose sur trois actions indissociables : donner, recevoir, rendre. Telles que les présentent Marcel Mauss, sociologue et ethnologue, dans son « Essai sur le don, forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques » (PUF Paris).
L’échange s’inscrit dans un processus de l’endettement mutuel, contraire à la logique de l’entreprise, qui souvent demande beaucoup à ses collaborateurs et ne leur rend pas suffisamment, du moins à la hauteur de leurs attentes ...

Nous faisons aussi référence à Bronislaw Malinowski, l’ethnologue qui a publié en 1922, « Les argonautes du Pacifique occidental » (en version française aux éditions Gallimard en 1963) : il montre que les échanges permettent la construction du lien social dans une communauté.

Ce modèle d’analyse sociologique permet de mieux comprendre le rôle de la coopération et des échanges dans le bon fonctionnement de toute société.

Les pratiques RH des grandes entreprises

Je fus pendant plus de trente ans cadre d’une grande entreprise de transport aérien. J’ai exercé des fonctions de manager, de recruteur, de formateur, de qualiticien. Aujourd’hui, comme sociologue et consultant en organisation et relations sociales, le regard que je porte sur cette question de l’attirance, de la fidélisation et de l’engagement au travail des collaborateurs m’invite à distinguer les contraintes, les atouts et les enjeux dans ces deux univers, grands groupes et PME.

Le recrutement s’effectue essentiellement par les diplômes des grandes écoles souvent les plus cotées.

Le cursus jeunes cadres se déroule sur un mode très organisé avec un processus d’intégration qui peut durer de six mois à un an et des évaluations régulières.

Nous sommes dans des univers de gestion qui engendre un lien social moins qualitatif du fait d’une organisation du travail rationalisée et très normée. Nous sommes de plus en plus dans la culture de la règle, de la procédure, voire dans celle de l’urgence ! Le nombre souvent très important de jeunes cadres recrutés peut introduire un esprit de compétition tout à fait normal, car les ambitions professionnelles sont légitimes.

Le parcours professionnel débute autour de 25/26 ans avec des promotions régulières pendant 10 à 20 ans : Des mobilités internes souvent intéressantes pour la carrière, puis quelques rares heureux élus passent le plafond de verre. Mais pour un grand nombre d’entre eux, la stagnation de la carrière peut survenir autour de 45 ans, (âge auquel on devient un "senior" selon les DRH), alors qu’il reste encore de nombreuses années à accomplir avant la retraite, d’où les risques d’essoufflement, de frustrations, de démobilisation ... Et puis, à partir de cette barrière artificielle de l’âge, on a vu se développer, depuis trente ans, les "plans sociaux" poussant ces collaborateurs, souvent au faîte de leurs compétences, vers la sortie ...
Certains cadres, conscients de cette impasse, cherchent des opportunités de carrière ailleurs, ce qui met en jeu la problématique de la fidélisation.

Or, dans ces grands groupes, même les avantages donnés aux personnels, comme les billets à réduction pour les entreprises de transport, les taux préférentiels dans les banques pour l’obtention des prêts, les remises sur les consommations pour les secteurs de l’énergie ou des télécommunications, retiennent de moins en moins les talents au bout de quelques années...

Dans ces contextes, la gestion des ressources humaines, la prévision des profils d’emplois de demain et des compétences associées, sont des vrais « casse-tête » pour les grandes sociétés, car que restent-ils des savoirs, de l’expérience, de la qualification, si à la fois les séniors et les jeunes talents quittent l’entreprise ?

Les atouts des PME – TPE.

Aujourd’hui les PME ont absolument besoin d’attirer des talents et des expertises pour se développer face à la concurrence, innover, croître et assurer leur pérennité.

Le dirigeant d’une PME-TPE remplit généralement plusieurs fonctions opérationnelles et s’occupe souvent directement lui-même du recrutement et de l’accompagnement du nouvel embauché.

Le monde des TPE / PME paraît moins rationalisé ou bureaucratique que celui des grandes entreprises. La proximité avec le dirigeant y est réelle.

Grand groupe ou PME, les parcours professionnels sont orientés sur la détection des potentiels, sur le développement des compétences et sur l’acquisition de l’expérience … Or il semble que la compétence et l’engagement au travail sont mieux reconnus dans les TPE/PME, du fait justement de cette proximité avec le dirigeant et d’une qualité des coopérations dans l’entreprise et de l’autonomie des collaborateurs.L’esprit de compétition est moins important entre salariés, car les talents sont moins nombreux et l’accès aux responsabilités peut être plus rapide dans la PME. Le sentiment d’appartenance et les notions d’identité collective s’affirment plus vite. Tout ceci contribue à créer une culture d’entreprise spécifique que le dirigeant à intérêt à entretenir et à valoriser.

Pour le dirigeant de PME, tout l’enjeu est de savoir mettre en valeur la dimension humaine de l’entreprise afin d’attirer les candidats qu’il recherche. Il doit aussi se montrer capable de transmettre l’esprit entrepreneurial qui l’anime, en exerçant un mode de management axé sur la valorisation des compétences, la reconnaissance des talents, l’autonomie des collaborateurs. Et favoriser une culture d’entreprise basée sur la qualité des coopérations.

Le dirigeant de PME doit aussi envisager l’ouverture du capital de l’entreprise, en proposant par exemple des cessions de parts à des jeunes talents dont certains développeront leur fibre entrepreneuriale au contact de l’entrepreneur lui-même, et pourront participer, le moment venu, au processus de transmission/reprise de l’entreprise, étape particulièrement délicate.

Pour le jeune cadre qui rejoint une PME, l’enjeu est de s’appuyer sur cette culture entrepreneuriale, sur cette dimension humaine et de proximité, pour y développer ses compétences, acquérir des expertises métier et des qualités relationnelles.

En définitive, son parcours professionnel pourra être mieux réussi dans une PME car celui-ci se réalisera dans un univers moins rationalisé que dans la grande entreprise, et où l’expression des talents individuels est facilitée.
Par ailleurs, le nouvel embauché pourra aussi faire bénéficier l’entreprise de ses connaissances et aptitudes dans le domaine des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) qui sont stratégiques pour la réussite des PME dans le monde mouvant d’aujourd’hui.

Yves Bensaid

* Sociologue, consultant en management des ressources humaines et du dialogue social, Yves Bensaid dirige le cabinet de conseil Trajectoire Plus qu’il a fondé en 2009. Ancien élève de Sciences-Po Paris, il a effectué une grande partie de sa carrière ( de 1972 à 2005) au sein du groupe Air France comme manager à la direction des navigants (recrutement, formation et management et gestion de la qualité).

- Ce texte est la version éditée et enrichie de son intervention lors du "Mercredi du chef d’Entreprise" du 6 juin 2012.

Lire aussi...
 TPE : l’activité n’a toujours pas retrouvé les chemins de la croissance...
 RSI :
Le réformer, oui, le supprimer, non !
 25 ans après Maastricht, 15 ans après l’Euro, où en sont les promesses de l’union monétaire ?
 SERVICES AUX PERSONNES
L’adoption d’un "tiers-payant" doperait l’activité et l’emploi
 Le droit à la déconnexion dans l’entreprise : quelle approche adopter ?
 La solitude, "compagne de route" du chef d’entreprise
 L’« instance de dialogue social » prévue par la loi Travail verra-t-elle le jour ?
 LOI TRAVAIL
Cessons d’infantiliser les salariés !
 Les entreprises, premier "percepteur" des impôts en France : est-ce vraiment leur rôle ?
 PME FAMILIALES :
Le dilemme de l’ouverture du capital
 Dirigeant(e)s : « Comment allez-vous ? »
 Commerce coopératif :
les commerçants associés récoltent les fruits du « capital patient »
 Europe-États-Unis
Enjeux et controverses à propos du traité transatlantique, le "TTIP"
 Perspectives contrastées pour l’activité des TPE du commerce et de l’artisanat
 « Y a-t-il un sens à parler de culture d’entreprise ? »
 Vive la « civilité » en entreprise …
C’est bon pour tout le monde !
 Quand les fonds d’investissement s’intéressent aux réseaux de franchise
 La franchise regarde l’avenir avec optimisme
 Audit parlementaire de Bpifrance, la banque publique d’investissement :
Faire plus pour les TPE et pour les PME en difficulté
 Vers l’entreprise à valeur humaine :
une démarche volontaire capable de régénérer le dialogue social
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page