Des livres & des auteurs
« L’Empire du mail » de Jean Grimaldi d’Esdra (éditions Librinova)

« Au commencement était le mail » semble être la nouvelle règle de fonctionnement des managers. S’il (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://inscription.salondesentrepreneurs.com/paris/
Accueil - À suivre ...
 
Les TPE considèrent le poids des impôts et des charges comme un frein au développement de leur activité
 

Paris, le 7 septembre 2016. Exaspérés par une fiscalité jugée "inéquitable", "incompréhensible" et "confiscatoire", les dirigeants de TPE, interrogés pour le baromètre trimestriel Fiducial-Ifop *, appellent de leurs vœux une réduction des impôts et des charges, accompagnée d’une diminution du train de vie de l’État et des collectivités locales. Cependant, ils se montrent dubitatifs sur la capacité des politiques à mener à bien cette indispensable réforme.

81 % des dirigeants de TPE jugent la fiscalité française « inéquitable », une situation qui se serait même aggravée depuis 2012 selon 66 % d’entre eux.

68 % de ces entrepreneurs jugent la fiscalité française « confiscatoire ».
Seul un dirigeant de TPE sur cinq (19 %) estime, par rapport à ses revenus, payer à titre personnel l’impôt juste (TVA sur la consommation, impôts locaux, impôt sur le revenu…). Tous les autres (soit 79 % des sondés) considèrent la note trop élevée !

En dépit des transferts de prélèvements fiscaux opérés depuis 2014 au bénéfice des entreprises, notamment via le CICE et le Pacte de responsabilité, 57% des dirigeants interrogés ont le sentiment de subir une augmentation de leur fiscalité professionnelle.

En outre, 64% des dirigeants de TPE estiment qu’ils payent proportionnellement plus d’impôts que les grandes entreprises et les PME...

« Diminuez les impôts et les charges ! »

Ces chefs d’entreprises vivent la fiscalité comme un frein pour le développement de leur entreprise.

Parmi les obstacles les plus importants, 96 % des TPE citent le poids des charges patronales sur les bas salaires, le niveau de l’impôt sur les sociétés (87 %) mais aussi une réglementation fiscale incompréhensible (85 %) et une complexité administrative des déclarations (80 %).

En prenant en considération la situation économique et financière de la France, les patrons revendiquent massivement une réduction de l’impôt sur les entreprises (86 %) et les particuliers (79 %) ainsi que la baisse des charges sociales des entreprises (92 %). Ils estiment réaliste de procéder à des baisses moyennes d’environ 25 % sur l’ensemble de ces impôts et charges.

Parmi les priorités à mettre en oeuvre, les dirigeants interrogés plaident pour une réduction significative (27 %), voire une suppression des droits de succession (47%).

Toutefois, il convient de le souligner, les dirigeants de TPE sont partagés quant à la nécessité de remettre en cause l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et l’impôt sur le revenu.

Parmi les pistes d’évolution, la proposition de remplacer le taux progressif de l’impôt sur le revenu par un taux fixe applicable à tous comme la CSG peine à convaincre, même si une courte majorité (52 %) y est favorable.

73% des entrepreneurs pensent qu’il est possible de réduire l’endettement de la France et les déficits publics tout en baissant les impôts, à condition de réaliser des économies.

A la question « quels postes budgétaires faut-il réduire en priorité ? », 76 % répondent les dépenses de l’État et des collectivités territoriales, 42 % le nombre de fonctionnaires et 38 % les prestations sociales. 67 % préconisent une diminution du budget des collectivités territoriales.

DUBITATIFS

Les dirigeants de TPE doutent de la capacité des partis politiques à réformer le système fiscal. Et 83 % d’entre eux ne s’attendent pas à ce que le prochain gouvernement baisse les impôts. Cependant ils restent attentifs aux propositions des candidats à la présidentielle en matière de réforme fiscale : celles-ci constitueront pour 25 % d’entre eux un choix déterminant dans leur vote et, pour 36 %, un facteur important mais pas déterminant.

* Le Baromètre Fiducial des TPE est réalisé par l’Ifop auprès d’un échantillon de 1002 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés, représentatifs des 3,2 millions de TPE françaises. Cette enquête trimestrielle recueille l’opinion des TPE sur des sujets considérés comme des enjeux de la prochaine campagne présidentielle.

Lire aussi...
 PRÉSIDENTIELLE 2017 : la CPME fait 89 propositions de réforme et interpelle les candidats sur leur politique à l’égard des entreprises
 Prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu :
la contre-proposition du Medef
 Présidentielles 2017 : la CGPME interpelle les candidats sur leurs propositions en faveur des entreprises
 Loi Travail :
Le Conseil constitutionnel entérine la création d’une « instance de dialogue social » au sein des réseaux de franchise, avec des réserves mineures
 Loi Travail :
Plusieurs fédérations du commerce, des services et de la franchise interpellent le président de la République
 Loi El Khomri et entreprises franchisées : controverse autour d’un article "explosif"
 Une fondation pour favoriser la création d’entreprises en franchise dans les quartiers dits "sensibles"
 Cinq propositions de jeunes entrepreneurs pour relancer la croissance et créer des emplois
 Services aux personnes : naissance de la FNSP le 1er janvier 2016
 Financement des TPE : la FCGA et la Banque de France organiseront le 15 janvier 2016 un colloque sur ce thème
 Seuils sociaux :
une étude allemande confirme l’effet dissuasif des seuils sur l’emploi dans les PME françaises
 Loi Macron :
la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA) interpelle à nouveau le ministre de l’Économie
 Aude de Thuin renonce à "l’Art du Jardin" en mai au Grand Palais, mais redéploie "Osons la France"
 Simplification : Laurent Granguillaume doit présenter de nouvelles mesures en faveur des entreprises
 Simplification : la DGCIS devient la Direction générale des entreprises
 Le prêt à la création d’entreprise (PCE) en questions
 Financement des TPE-PME : Les banques prennent 5 engagements
 Les CCI refusent de passer sous la coupe des Régions
 Fiscalité des entreprises : le patronat pose six préalables au gouvernement
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page