Des livres & des auteurs
"Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant

Au départ, il voulait simplement "indexer" l’Internet... Comment le moteur de recherche américain (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://www.franchiseparis.com
Accueil - Idées & perspectives
 
Études & analyses
La franchise regarde l’avenir avec optimisme
L’enquête annuelle sur la franchise 2015 Banque Populaire-FFF-CSA, en partenariat avec L’EXPRESS
 

Année après année, franchiseurs et franchisés affichent un optimisme imperturbable face à l’avenir de leur activité.
Les franchiseurs se déclarent optimistes à 89% (en léger retrait par rapport aux 95% de 2014) et les franchisés le sont à 67% (chiffre stable).
Qu’est-ce qui motive un tel optimisme des franchiseurs ? Cela tient principalement à la « qualité humaine du réseau », à la « qualité et l’évolution du concept » de leurs franchises, ainsi qu’aux perspectives de « développement en France et à l’étranger », répondent-ils. Ces données sont extraites de la douzième édition de l’enquête annuelle sur la franchise Banque Populaire, réalisée en partenariat avec la Fédération française de la franchise (FFF) et l’institut CSA, à laquelle s’associe L’Express.*

Photolibre

Interrogés pour la 12ème enquête annuelle*, les franchisés se disent globalement optimistes pour l’avenir de leur affaire ; ils estiment que leur secteur d’activité est porteur. Et ils affirment leur attachement aux fondamentaux de la franchise, puisqu’ils sont plus de 8 sur dix à vouloir reconduire leur contrat avec leur enseigne.

Les performances économiques et financières telles qu’elles sont perçues par les sondés, sont en ligne avec les années précédentes. 37% des franchisés ont vu leur chiffre d’affaires augmenter lors du dernier exercice connu ( pour 21% il est resté stable et pour 39% il a quand même diminué).

Le chiffre d’affaires médian d’un point vente en franchise reste stable à 500 000 euros.

Un modèle économique qui a fait ses preuves

Fin 2014, la FFF a recensé près de 1 800 réseaux opérant dans l’Hexagone (dont 277 enseignes d’origine étrangère) et 68 171 points de vente en franchise (soit un doublement observé depuis 10 ans !).

Franchiseurs et franchisés sont confiants dans la pertinence de leur modèle économique pour réussir ensemble dans un environnement de plus en plus changeant et concurrentiel, car ils partagent, au sein d’un réseau, la force d’une marque, un savoir-faire éprouvé, des idées, des méthodes, des innovations, et une forme d’« intelligence collective ».

Rappelons que la franchise est un système qui lie de manière contractuelle des entrepreneurs indépendants pour commercialiser, sous la même enseigne, des biens et/ou des services dans un objectif de réussite partagée.

Comme le montre l’enquête 2015, les franchisés ont pu maintenir leur revenu d’activité (32 120 euros de revenu net annuel moyen déclaré) (alors que les TPE du commerce et de l’artisanat ont vu globalement le leur baisser en 2014).

56% des franchisés estiment mieux gagner leur vie qu’un commerçant isolé ; ils sont toutefois moins nombreux à estimer qu’ils gagnent mieux leur vie qu’un salarié (48%), et ils parlent d’expérience puisque trois sur quatre sont d’anciens salariés ! (cette comparaison doit être cependant nuancée car, en tant qu’entrepreneur, le franchisé mise aussi sur la revente de son fonds de commerce).

Au cours de l’année écoulée, 36% des franchisés ont embauché et 53% ont réalisé de nouveaux investissements.
3 franchisés sur 10 projettent d’investir dans un autre point de vente
, majoritairement au sein du même réseau (devenant ainsi des "multifranchisés").

Les franchiseurs, pour leur part, ont renforcé les mesures d’accompagnement de leurs franchisés (en matière de communication, de marketing, de formation, de nouveaux produits ou services, etc.). 81% déclarent avoir fait évoluer leur concept, un effort clairement perçu par les franchisés (80% contre 72% en 2014).

93% des franchiseurs ont incité leurs franchisés à mettre en œuvre des "relais de croissance" : proposer de nouveaux produits ou services, intégrer de nouvelles technologies, ouvrir de nouvelles boutiques...

La "transition numérique" est une réalité

Les réseaux investissent aussi dans l’innovation et le numérique. Des initiatives que les franchisés plébiscitent. Les enseignes ont désormais intégré la « révolution numérique », une forte proportion pratiquent les ventes en ligne et elles utilisent les médias sociaux pour redynamiser la relation commerciale avec un client plus mobile et connecté. Au point que les franchisés en redemandent encore et pressent leurs franchiseurs de déployer de nouvelles solutions « digitales », telles que proposer aux internautes un système de "click & collect", mettre à disposition des tablettes dans le magasin pour présenter la gamme de produits et services, permettre aux clients de commencer leur "panier" en ligne, puis de le finaliser en magasin ...

Aujourd’hui, le mot d’ordre est le "Web-to-Store"  : tout ce qui peut transformer l’internaute en client dans le magasin est le bienvenu !

Une dynamique d’expansion

Les réseaux se positionnent toujours dans une dynamique d’expansion : 39% des franchiseurs interrogés prévoient d’ouvrir plus de 10 points de vente supplémentaires dans les douze prochains mois ! Tandis que nombre d’entre eux étendent leur réseau de magasins hors de l’Hexagone pour séduire de nouveaux clients sur d’autres marchés : un peu plus de 2 franchiseurs sur 10 envisagent de se développer à l’international dans les deux ans à venir.

Les quelque 1800 réseaux de franchise sont donc toujours en quête de nouveaux partenaires « de qualité » pour densifier leur maillage territorial.

Ils peuvent compter sur des candidats plus diplômés, mieux informés et qui comptent beaucoup sur l’encadrement et la formation apportés par leur future enseigne. Il est à noter que 75 % des franchisés viennent du salariat : ils misent sur la franchise pour réussir leur rebond professionnel, changer d’activité ou de région. Et ils ont l’embarras du choix, car aujourd’hui pratiquement tous les métiers se déclinent en franchise.

L’âge moyen pour ouvrir sa franchise est de 36 ans.

Compte tenu du nombre croissant d’enseignes, la concurrence est rude entre franchiseurs pour séduire et recruter les meilleurs candidats. Dans un contexte économique tendu, les processus de sélection s’allongent, car il faut s’assurer de la personnalité et de la motivation des porteurs de projets, de la solidité de leur business-plan et de la qualité du futur emplacement. Au final, seulement une candidature sur quatre aboutit, selon les franchiseurs interrogés dans l’enquête.
Une sélection rigoureuse est d’ailleurs le gage de sérieux d’une enseigne.
Attention aux développeurs de réseaux pressés de faire du chiffre en recrutant de nouveaux franchisés à tour de bras pour engranger des droits d’entrée ...

Trouver les financements adéquats

Mobiliser des financements suffisants reste le passage obligé de tout futur franchisé. S’installer en franchise exige, en effet, une mise de fonds plus importante que si l’on créé son affaire tout seul (un investissement initial de 50 000 à 500 000 euros en moyenne, voire plus comme dans les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie).

Dès lors, aux yeux de certains, la franchise peut apparaître ainsi comme une solution "coûteuse". Mais c’est le prix à payer pour « gagner du temps », en s’appuyant sur une marque connue, en bénéficiant d’un concept et d’un savoir-faire éprouvés. Le franchisé doit notamment s’acquitter de droits d’entrée auprès de son franchiseur, investir dans l’aménagement de son point de vente pour le mettre aux « couleurs » de l’enseigne.
76% des franchisés ont ainsi eu recours au crédit pour compléter leurs propres ressources. Les franchisés interrogés dans le cadre de cette enquête indiquent que leur apport personnel a représenté 44% du montant total de l’investissement. Toutefois, les banques se montrent sélectives dans le financement de la création d’entreprise et passent au crible le potentiel économique du projet, sa rentabilité, comme la personnalité de l’entrepreneur. Ce dernier doit présenter un solide business-plan. Nombre d’enseignes installées se font référencer auprès des pôles franchise des grandes banques, ce qui tend à faciliter les démarches de leurs futurs franchisés.

Cependant, dans l’enquête annuelle, les franchiseurs citent toujours comme première difficulté au développement de leur réseau « l’accès aux financements de leurs franchisés » (trouver des "candidats de qualité" est cité comme deuxième frein, et le "prix/rareté des emplacements" en troisième).

Interrogée par L’EXPRESS, Florence Soubeyran, responsable du pôle franchise et commerce associé des Banques Populaires, fait valoir que « les banques ont toujours autant d’appétence à financer les bons projets de création d’entreprise en franchise et les taux d’emprunt n’ont jamais été aussi bas, ce qui est très favorable aux porteurs de projets. Les niveaux de la croissance et de la consommation invitent les franchiseurs et les franchisés à être sélectifs dans leur choix d’emplacement et rigoureux dans l’établissement du business-plan. Mais comme le montre notre enquête 2015, 70 % des franchisés déclarent que le fait de s’installer en franchise a joué en leur faveur pour obtenir leur financement. »

Jacques Gautrand

* Enquête réalisée par l’Institut CSA auprès de 402 entreprises franchisées et de 184 franchiseurs interrogés par téléphone entre le 8 juin et le 3 juillet 2015. Echantillonnage selon la méthode des quotas, en fonction notamment du secteur d’activité, de la localisation géographique et du nombre de points de vente.

Les franchisés en 2015

Banque Populaire-FFF-CSA 2015

- • 40% de femmes / 60 % d’hommes
- • Age moyen : 47 ans ; âge moyen pour ouvrir sa première franchise : 36 ans
- • Niveau de diplôme : 56 % ont le niveau Bac + 2 et plus
- • Situation antérieure : 75% étaient salariés (72% dans le secteur privé)
- • Revenu annuel net moyen en 2014 : 32 120€ et CA médian : 500K€
- • 50% sont installés dans des villes de moins de 25 000 habitants et 18 % dans des villes de plus de 100 000 habitants
- • 46% des franchisés vivant en couple sont aidés dans leur activité professionnelle par leur conjoint (salarié ou pas dans l’affaire).

VIENT DE PARAÎTRE :
« FRANCHISE Le Guide Complet 2016 »

L'EXPRESS 2016

La 12ème édition de ce guide vient de paraître !

Devenu une référence pour ceux qui envisagent d’entreprendre en réseau, cet ouvrage volontairement didactique, rédigé dans un style vivant et concret, comporte de nombreux témoignages et conseils d’experts.

Cette 12ème édition, actualisée et enrichie par les quatre co-auteurs *, est servie par une maquette agréable, conçue pour apporter un meilleur confort de lecture.
Ce Guide est disponible en version papier comme au format e-book.

La franchise séduit chaque année des milliers d’aspirants entrepreneurs. Son attrait, la franchise le doit à sa dynamique de croissance qui ne se dément pas : de nouveaux franchiseurs se lancent constamment sur le marché ; des enseignes connues, opérant jusqu’alors en succursales, choisissent la franchise pour étendre leur présence ; beaucoup de réseaux, récents ou « matures », sont toujours à la recherche de nouveaux candidats pour « mailler » le territoire …

On peut aujourd’hui exercer l’activité de son choix en franchise dans une multitude de secteurs et de métiers, pour une clientèle de particuliers ou de professionnels ; tous les talents ont la possibilité de s’y épanouir ! Ajoutons à cela que les commerces en réseau affichent généralement de meilleures performances que celles de commerçants isolés.
Cependant, la franchise n’est pas une variante du salariat : le franchisé est un entrepreneur à part entière. Il est responsable de la gestion de son affaire et il consacre son énergie à la développer - sans compter ses heures ! Il risque son propre argent et bien souvent s’endette pour s’installer...

Comme toute aventure entrepreneuriale, la franchise est une prise de risque dont il faut bien mesurer les conséquences – économiques, financières et sur sa vie personnelle et familiale. Il est donc indispensable de bien préparer son projet. Et de s’informer, consulter, questionner, comparer … afin d’adopter une démarche rigoureuse dans le choix de son futur franchiseur.
Il faut s’engager en pleine connaissance de cause !

Telle est la vocation de ce Guide, vous apporter toutes les informations utiles et pratiques, afin de vous éclairer dans votre parcours :

Dans le premier chapitre vous découvrirez les fondamentaux de la franchise.

Le deuxième chapitre vous permettra de procéder à une auto-évaluation : êtes-vous vraiment prêt à entreprendre au sein d’un réseau ?

Le troisième chapitre vous apportera des critères d’appréciation afin de sélectionner de façon méthodique votre future enseigne.

 Dans le quatrième chapitre, vous trouverez de nombreux conseils pratiques pour mettre en œuvre votre projet d’entreprise franchisée : statuts, financements, business plan, étude de marché…

Le cinquième chapitre analyse de façon rigoureuse et détaillée, avec l’éclairage de juristes réputés, les clauses contractuelles qui organisent la relation franchiseur-franchisé.

Le sixième chapitre vous donnera un avant-goût des différents moments de la vie en réseau, de l’ouverture de votre point de vente à sa transmission.

* Franchise Le Guide Complet 2016 - par Jacques Gautrand - Valérie Froger - Myriam Greuter - Christophe Dutheil - Préface de Chantal Zimmer, déléguée générale de la FFF - Éditions L’EXPRESS (Groupe Altice Media) - 450 pages.

- > Commander Le Guide en ligne sur l’e-boutique de L’EXPRESS

- A propos des auteurs :
Éditeur de Consulendo.com, Jacques Gautrand est un spécialiste de l’entrepreneuriat et du développement/management des PME. Valérie Froger est journaliste spécialisée dans la création d’entreprise, auteur de plusieurs ouvrages sur ce sujet. Myriam Greuter et Christophe Dutheil sont spécialistes du monde de l’entreprise, des questions juridiques et des nouvelles technologies de l’information. Tous contribuent au numéro annuel hors-série Franchise de L’Express.

Lire aussi...
 TPE : l’activité n’a toujours pas retrouvé les chemins de la croissance...
 RSI :
Le réformer, oui, le supprimer, non !
 25 ans après Maastricht, 15 ans après l’Euro, où en sont les promesses de l’union monétaire ?
 SERVICES AUX PERSONNES
L’adoption d’un "tiers-payant" doperait l’activité et l’emploi
 Le droit à la déconnexion dans l’entreprise : quelle approche adopter ?
 La solitude, "compagne de route" du chef d’entreprise
 L’« instance de dialogue social » prévue par la loi Travail verra-t-elle le jour ?
 LOI TRAVAIL
Cessons d’infantiliser les salariés !
 Les entreprises, premier "percepteur" des impôts en France : est-ce vraiment leur rôle ?
 PME FAMILIALES :
Le dilemme de l’ouverture du capital
 Dirigeant(e)s : « Comment allez-vous ? »
 Commerce coopératif :
les commerçants associés récoltent les fruits du « capital patient »
 Europe-États-Unis
Enjeux et controverses à propos du traité transatlantique, le "TTIP"
 Perspectives contrastées pour l’activité des TPE du commerce et de l’artisanat
 « Y a-t-il un sens à parler de culture d’entreprise ? »
 Vive la « civilité » en entreprise …
C’est bon pour tout le monde !
 Quand les fonds d’investissement s’intéressent aux réseaux de franchise
 Audit parlementaire de Bpifrance, la banque publique d’investissement :
Faire plus pour les TPE et pour les PME en difficulté
 Vers l’entreprise à valeur humaine :
une démarche volontaire capable de régénérer le dialogue social
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page