Des livres & des auteurs
« L’Empire du mail » de Jean Grimaldi d’Esdra (éditions Librinova)

« Au commencement était le mail » semble être la nouvelle règle de fonctionnement des managers. S’il (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://inscription.salondesentrepreneurs.com/paris/
Accueil
 
La chronique de Jacques Gautrand - Novembre-décembre 2011
La France et l’Europe, le monde et la Méditerranée
 

Les événements qui se succèdent à un rythme haletant depuis des semaines, nous donnent le sentiment de vivre un moment historique. Un moment de bascule, où l’Histoire peut enfanter un dénouement heureux comme plonger vers l’abîme.

Pendant que l’Europe cherche une issue à ses tourments économiques et financiers, le monde poursuit sa course. La croissance soutenue au Sud - en Asie et aussi en Afrique - permet depuis trois décennies à des populations, hier inexorablement vouées à la misère, d’accéder à un meilleur niveau de vie, et d’espérer la promotion sociale de leurs enfants.

Le 31 octobre, l’humanité a franchi la barre des 7 milliards d’habitants.
Il avait fallu des millénaires avant que la population du monde n’atteigne son premier milliard d’humains ... vers1800. Le cap des 2 milliards a été franchi au moment de la Grande crise de 1929. Quarante années plus tard, nouveau doublement : nous voilà 4 milliards, au début des années soixante-dix, marquées par un événement dont on ressent encore l’impact, le premier « choc pétrolier », avec la prise de conscience de la finitude des ressources naturelles ...

En 2000, on a atteint les 6 milliards d’humains et, en seulement onze ans, nous avons crû d’un milliard supplémentaire !

Avec 65,8 millions d’habitants, notre « cher vieux pays », ne représente désormais que moins d’1% de l’humanité ... Ce constat nous invite à beaucoup d’humilité.
Certes la France jouit d’un rayonnement international bien supérieur à son seul poids démographique.
Notre pays est membre du Conseil de Sécurité des Nations Unies ; il dispose de la force de dissuasion nucléaire ; il compte au nombre de ses entreprises des champions internationaux, dans l’énergie, les transports, l’environnement, l’hôtellerie, le luxe, l’agroalimentaire ...
Le rayonnement de la France dans le monde tient aussi à la force de sa civilisation portée au plus haut par ses créateurs, ses penseurs, ses artistes, ses inventeurs ; à la richesse de son patrimoine historique et culturel ...

L’avenir de la France s’appelle Europe

Mais si la France continue à compter aujourd’hui dans le monde, c’est aussi parce qu’elle est un des membres fondateurs de l’Union européenne, puissance économique collective comparable aux Etats-Unis d’Amérique – le pouvoir fédéral en moins …
L’Europe à 27 représente désormais un ensemble d’un demi-milliard d’habitants ! Ce qui lui confère un place respectable dans les grandes régions du globe et lui donne aussi une responsabilité vis-à-vis des autres continents.
Dorénavant le destin de la France est, que cela plaise ou non, indissolublement lié à celui de l’Europe. Face aux grandes puissances d’aujourd’hui et celles en devenir (Chine, Inde, Brésil, Corée ...), seule la dimension européenne nous donne un levier pour peser sur la marche du monde. C’est pourquoi l’avenir de la France est directement conditionné par la résolution des graves difficultés qu’affronte en ce moment l’Union européenne. Sommet du G20 à Cannes - novembre 2011
Le Sommet du "G20"(les vingt pays les plus importants) s’est tenu à Cannes les 3 et 4 novembre 2011 sous la présidence française.

La tempête financière internationale que nous affrontons depuis 2008 et la crise des « dettes souveraines » (l’endettement excessif des Etats) montre de façon éclatante l’interdépendance de nos destins.
Tout est lié. L’économie mondiale est un immense jeu de Mikado : difficile de bouger un élément sans que tous les autres ne soient bousculés ...

Monnaies, capitaux, marchandises, informations, médias, produits culturels circulent et s’échangent en permanence autour de la planète. L’argent et les marchandises circulent sans cesse, mais aussi les hommes et de plus en plus : voyages et tourisme sont la première activité planétaire. Et depuis la généralisation des technologies numériques (T.I.C.) - en une quinzaine d’années seulement ! -, la diffusion des biens immatériels (données et images) s’effectue instantanément, à la vitesse de la lumière, jusqu’aux extrémités de la terre.
On a pu observer d’ailleurs combien les T.I.C. on joué un rôle-clé dans les révolutions arabes de ce printemps.

A cet égard, parler de « démondialisation » tient davantage du slogan, du mot d’ordre incantatoire que de l’analyse sérieuse de la situation contemporaine.

La mondialisation n’est pas une idéologie, mais une réalité qui s’impose à tous, peuples et Etats.

. Remettre de l’ordre dans la "Maison Europe", un impératif vis à vis du reste du monde

Dans ce monde en profonde transformation, la santé économique de la France et celle de l’Europe ont aussi de l’importance pour leurs partenaires. Une Europe en faillite ne serait pas une bonne nouvelle pour les autres continents auxquels elle offre des débouchés considérables. On bien a vu la Chine proposer de mettre une partie de ses énormes réserves de change au service d’un plan de refinancement des dettes européennes ...

Partie des Etats-Unis en 2007, la crise dite des « subprimes » (à l’origine, un défaut de paiement de ménages dans l’incapacité de rembourser leurs prêts hypothécaires) a enflammé la planète ...

Mais aujourd’hui, face aux montagnes de dettes publiques accumulées - par facilité, disons-le ! - sur le Vieux continent, il revient à l’Europe de mettre de l’ordre dans sa « maison commune ». Et la France doit y prendre sa part. Elle n’a pas d’autre choix.

Voici quelques pistes de réflexion que m’inspire la situation actuelle et que j’apporte au débat public.

1. La France, comme aucune autre nation, ne peut prétendre aujourd’hui tirer, toute seule, "son épingle du jeu", en se repliant sur son Hexagone, en fermant ses frontières. Ceux qui prétendent le contraire se trompent et nous trompent.

2. Beaucoup de produits de consommation courante, des plus simples aux plus sophistiqués, matières premières, produits miniers, agricoles, énergétiques, biens d’équipement, produits culturels sont achetés à l’étranger. Et la France vend à l’étranger environ le quart des biens qu’elle produit. Précisons que l’essentiel de ce commerce se fait au sein de l’Europe (et, en plus, nous sommes déficitaires !)

3. Acteur historique de la construction européenne (depuis le Traité de Rome en 1957), notre pays a progressivement transféré une partie de sa souveraineté à l’Union européenne. C’est un fait : 80% de nos lois et règlements sont en fait des transpositions de directives communautaires …

4. L’intégration économique entre les membres de l’Union (27 à ce jour) s’est renforcée au fil du temps, sans pour autant parvenir à une harmonisation de la fiscalité et des règlements sociaux en vigueur dans chaque Etat. Ce qui est source de déséquilibres et de concurrence déloyale entre pays de l’Union ...

5. L’adoption d’une monnaie unique, l’euro, avec seize autres pays de l’Union, a créé une Europe à deux niveaux : les membres de l’Euro-zone et les autres, ceux qui ont conservé leur propre monnaie.

6. Contrairement aux anticipations des pères fondateurs de l’euro, l’intégration monétaire n’a pas généré un plus grand fédéralisme politique. Alors que la gestion d’une monnaie unique entre pays de niveaux économiques différents, exigerait une gouvernance politique communautaire renforcée.

7. L’endettement excessif de plusieurs membres de l’Euro-zone (France comprise), met en péril cette construction monétaire incomplète ou « bancale » dès sa naissance.

8. Pour éviter une explosion en vol de l’euro, dont les conséquences seraient dangereuses, à tous points de vue, la voie de salut est, comme le préconisent certains, une sortie par le haut : une intégration renforcée, en matière économique et fiscale, ainsi qu’une gouvernance politique commune par la constitution d’un « noyau dur » européen entre les fondateurs historiques de la CEE, Allemagne, Bénélux, France et Italie. Ces pays créeraient un Etat confédéral au sein de l’UE et se doteraient d’instances de gouvernance intégrée (un ministre de l’économie et des finances commun ?). Ce qui laisserait aux autres Etats européens en difficulté la possibilité de se mettre en retrait de la zone euro ou de négocier des accords d’indexation monétaire avec l’euro, de façon à pouvoir dévaluer en retrouvant leurs anciennes devises nationales (avec des taux de conversion à négocier au cas par cas).
- Toutes les grandes crises d’endettement souverain dans le passé se sont traduites par des dévaluations, ce qu’interdit aujourd’hui les règles de fonctionnement de l’euro ... (1)

9. La France n’a pas d’autre destin que d’être un des copilotes d’une Europe forte, innovante, et ouverte sur le monde. Elle doit donc sans plus attendre harmoniser sa fiscalité avec ses voisins du "noyau dur" européen et restaurer rapidement ses équilibres budgétaires. (Faute de quoi, aucune marge de manœuvre en matière économique et sociale n’est possible)

10. Euro-Méditerranée : au-delà de son ancrage européen durable, la France, forte de son idéal d’universalité, doit jouer un rôle moteur dans l’intensification de la coopération avec le continent africain et le monde arabe.
Les complémentarités entre nos régions sont évidentes. Nous avons plus que jamais besoin les uns des autres. Notre proximité géographique, nos liens historiques et culturels anciens, les immenses besoins de développement au Sud sont autant de potentialités de partenariats et d’échanges mutuellement bénéfiques. Jamais peut-être, les conditions de ce rapprochement n’ont été aussi favorables qu’aujourd’hui.

Avec le formidable vent d’espérance qui s’est mis à souffler au sud et à l’est de la Méditerranée, ne laissons pas passer cette chance historique pour notre avenir et celui des générations (nombreuses) à venir.

Jacques Gautrand
jgautrand [ @] consulendo.com

(1) Il est curieux que la France qui a présidé pendant des décennies le "Club de Paris" lequel a "réaménagé" la dette publique de très nombreux pays du Sud et de pays dits émergents, n’ait pas réussi a dédramatiser la situation actuelle à propos de la Grèce ou de l’Italie en faisant valoir son expérience en la matière ... (Beaucoup de pays "passés" par le Club de Paris ne s’en portent pas plus mal aujourd’hui !)

- crédit photo : Présidence de la République française

Lire aussi...
 Déconnexion
 L’Europe,
notre histoire, notre avenir
 Présidentielle 2017
Le « modèle social français » en questions
 Le travail est-il fini ?
Non, car les besoins sont infinis !
 LA FRANCE EN 2017
Facteurs d’incertitudes et motifs d’espérance...
 IDÉES POUR 2017 (III)
Rêvons d’une France aux 20 millions d’actionnaires...
 Entrepreneurs,
qu’attendre des politiques ?
 IDÉES POUR 2017 (II)
La réforme fiscale , « mère » de toutes les réformes
 Démocratie directe vs Démocratie représentative :
laquelle triomphera à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux ?
 IDÉES POUR 2017 (I)
Pour ou contre un revenu universel d’existence ?
 La vraie "fracture" française
 DROIT DU TRAVAIL : LA RÉFORME INTROUVABLE
 L’esprit d’entreprise et d’initiative : une authentique « énergie durable » pour la France ...
Ne la décourageons pas !
 La grande transformation numérique
 L’économie « participative » en questions
 L’entreprise à valeur humaine, un modèle d’avenir
  L’économie française est pénalisée par l’accumulation de mauvaises décisions et de fausses "bonnes idées"
 L’investissement est la clé de la croissance ...
Mais de quel investissement parle-t-on ?
  Plutôt que de parler d’« emplois », si nous parlions de métiers, de professions, de savoir-faire, de qualifications, de talents …
 2015 :
Et si nous retrouvions (enfin !) la culture du projet ?
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page