Des livres & des auteurs
"Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant

Au départ, il voulait simplement "indexer" l’Internet... Comment le moteur de recherche américain (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/franchise/
Accueil - Des livres & des auteurs
 
Lu pour vous par Rémy Arnaud
La Chinafrique : Pékin à la conquête du Continent Noir
Un livre de Serge Michel et Michel Beuret. Photos de Paolo Woods. Editions Grasset
 

Affamée de matières premières, la Chine a jeté son dévolu sur l’Afrique aux énormes ressources naturelles. Ce continent qui approche le milliard d’habitants représente aussi un immense débouché pour les produits Made in China. Avec pragmatisme et une redoutable efficacité, les Chinois prennent la place des anciennes puissances coloniales.

Voici un ouvrage qui ne plaira pas beaucoup à tous les nostalgiques de la « Françafrique », cette époque qui avait débuté à l’orée des années 60, au moment de l’Indépendance des Etats de l’Afrique Noire, pour se perpétuer pendant une bonne quarantaine d’années. C’était les beaux jours d’une forme assez douce de néocolonialisme : la France considérait alors que l’Afrique noire était sa chasse gardée, politique, économique et culturelle, francophonie oblige. L’hebdomadaire « Marchés tropicaux » (ex « Marchés coloniaux ») trônait sur le bureau de tous les hommes d’affaires francophones, les réseaux Foccart , du nom de cette ancienne éminence grise du Général de Gaulle, sévissaient à la charnière des affaires et de la diplomatie, les grandes maisons de négoce héritières de l’époque coloniale : SCOA, CFAO et d’autres, distribuaient dans tous les pays des produits provenant des industries françaises... Ce temps là est bien révolu.
Les Chinois, avec une méthode bien à eux, alliant discrétion et efficacité, ont, en effet, progressivement pris la place des Européens, et bien entendu des Français sur le vaste continent africain qui regroupe prés de 950 millions d’habitants soit 17% de la population du globe !

Des échanges multipliés par cinquante !

Pour donner toute la mesure de la percée spectaculaire de la Chine en Afrique, deux journalistes, Serge Michel, du Monde, et Michel Beuret, chef du service étranger du magazine suisse « l’Hebdo » ont parcouru une bonne partie du continent noir et nous livrent le fruit de leurs observations dans ce livre dense. Difficile pour eux de passer en revue les 48 pays qui se partagent les trente millions de km2 qui le composent (presque soixante fois la superficie de notre hexagone), du moins se sont-ils arrêtés dans les plus importants d’entre eux, une douzaine. Ceux dont la richesse du sous-sol et l’importance de la population en font des cibles privilégiés pour les investisseurs : Algérie, Egypte, Angola, Nigeria et Ethiopie notamment. Sans oublier le Sénégal, plus modeste certes mais qui a toujours joué un rôle prééminent dans les relations franco-africaines. A travers des exemples, des anecdotes et des chiffres, ils nous font réaliser l’ampleur de la percée chinoise. Elle est spectaculaire. Un chiffre en dit long : le commerce entre la Chine et l’Afrique a été multiplié par cinquante entre 1960 et 2005. Au cours de la seule période 2000-2006 il a quintuplé. Et il ne s’agit là que des échanges commerciaux ; les investissements sont comptabilisés séparément.

500 000 Chinois en Afrique, cinq fois plus que les Français !

Conséquence de cette poussée : le nombre de Chinois implantés en Afrique s’élève désormais à 500 000, les Français dont le nombre a beaucoup décru, ne sont guère plus de 100 000, cinq fois moins ! Et la marge de progression est importante, la diaspora Chinoise dans le monde ne s’élève-t-elle pas à prés de cent millions de personnes ? Son expansion est d’ailleurs bien vue par les autorités chinoises qui trouvent dans cette émigration un moyen de développer leur pays et de limiter sa surpopulation.
Il paraît bien lointain le temps où beaucoup de pays africains faute d’avoir reconnu la Chine de Mao, ignorant ainsi cet immense pays, se contentaient, comme c’était la cas de la Côte d’Ivoire, d’une petite coopération agricole avec Taiwan… La poussée chinoise sur le continent noir n’est pas près de se ralentir.

Les besoins de la Chine - désormais troisième puissance mondiale - en matières premières minérales et agricoles sont en immenses. Ainsi 30% de la consommation chinoise de pétrole provient d’Afrique ; la Chine importe déjà 60% des bois congolais. Et puis, il se trouve que les Chinois bien que communistes sont aussi des entrepreneurs. Dans tous les grands pays d’Afrique, ils ont créé ou repris des entreprises industrielles tandis que les marchés africains regorgent de produits « Made in China ». Ils prospèrent aussi dans la promotion immobilière, comme au Nigeria où un Chinois a lancé un programme de plus de 500 maisons...

Pragmatisme

Mais le succès de la pénétration chinoise en Afrique ne s’explique pas seulement par des facteurs économiques. Selon les deux auteurs, c’est en grande partie le pragmatisme des Chinois qui explique leur efficacité : ils font des affaires et pas de sentiment ! Le paternalisme bon enfant hérité de l’époque coloniale qui imprégnait nos relations avec les Africains n’a plus cours. Les Chinois viennent d’abord en Afrique faire du business : les atteintes à l’environnement, la corruption endémique qui sévit dans la plupart des pays du continent ne semblent pas leur poser de problèmes majeurs. Et si les rapports avec les Africains ne sont pas conflictuels, ils ne sont pas non plus empreints d’une grande chaleur : les relations privées sont très limitées et les mariages mixtes inconnus.
Autre explication qui a son importance : les Chinois expatriés se montrent beaucoup moins gourmands que leurs homologues européens. En effet, ils se situent, eux aussi, dans une logique de pays en développement, ce qui explique leur capacité d’adaptation au contexte particulier de l’Afrique.
Un continent devenu le nouveau Far-West de la Chine.

Rémy Arnaud

La Chinafrique : Pékin à la conquête du Continent Noir
Serge Michel et Michel Beuret. Photos de Paolo Woods.

Grasset - 348 pages

Lire aussi...
 "Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant
 FRANCHISE 2017
Le Guide complet est paru !
 Isaac Getz
« La liberté, ça marche ! L’entreprise libérée, les textes qui l’ont inspirée, les pionniers qui l’ont bâtie » (Flammarion)
 « Ils se croyaient les meilleurs...
Histoire des grandes erreurs de management »
de Christine Kerdellant
 FRANCHISE
Le Guide complet 2016
 « Éloge de la gentillesse en entreprise »
d’ Emmanuel Jaffelin
  A propos de l’essai :
« Le moteur du changement : la Démocratie sociale ! »
 « C’est la vie ! »
de Jean-Louis Servan-Schreiber
  « Le leadership de l’amour »
d’Emmanuel Toniutti
 FRANCHISE
Le guide complet 2015
 « Histoire d’une névrose, la France et son économie »
 Jean-Louis Servan-Schreiber
« Pourquoi les riches ont gagné »
 Denis Pennel
« Travailler pour soi -
Quel avenir pour le travail à l’heure de la révolution individualiste ? »
 « Pour la croissance,
la débureaucratisation par la confiance. »
 Bernard Giroux
"Medef : confidences d’un apparatchik"
 « Qui sont vraiment les dirigeants des PME ? »
 Bernard Brizay -
« La France en Chine »
 Philippe Simonnot
« Chômeurs ou esclaves - Le dilemme français »
 Christophe Labarde
« Je dis (enfin) oui à mon projet de vie ! »
 « L’Entrepreneur et l’Indigné - Deux façons de changer le monde »
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page