Des livres & des auteurs
FRANCHISE 2017
Le Guide complet est paru !
Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://www.franchiseparis.com
Accueil
 
La chronique de Jacques Gautrand - Janvier 2016
L’esprit d’entreprise et d’initiative : une authentique « énergie durable » pour la France ...
Ne la décourageons pas !
 

Notre pays vit une révolution silencieuse.

De plus en plus de jeunes décident de monter leur boîte, de se mettre à leur compte, de créer une start-up … avant même d’avoir été salariés. Entreprendre est devenu une étape « naturelle » dans un parcours professionnel.

Un changement sociétal remarquable dans un pays naguère caractérisé par sa vénération des « grands corps », de la haute fonction publique et d’un État omniprésent.

Bien sûr, nombre de jeunes gens dépités par une société qui leur paraît « bloquée », quittent la France pour aller chercher un avenir meilleur dans d’autres pays, voisins ou lointains…

Cependant, que ce soit dans des activités « classiques », dans l’e-économie, le secteur social-solidaire ou associatif, des milliers d’initiatives se déploient jour après jour dans nos territoires, souvent ignorées du grand public.

Voilà la véritable énergie « durable et renouvelable » de notre pays !

Il incombe à nos gouvernants ...

Il incombe à nos gouvernants de ne pas décourager cette énergie par un excès de réglementation, de bureaucratie et de taxations en tout genre…

En ce début d’année 2016, rêvons un peu que soient enfin desserrés tous les carcans qui brident l’esprit entreprenant dans notre pays ...
Alors des gisements d’ingéniosité, de créativité, de services, de talents, d’entraides, se déchaîneront !

Ne cherchons pas ailleurs des relais de croissance !

Jacques Gautrand
jgautrand [ @ ] consulendo.com

Post-Scriptum :

- P-S 1. La vénérable APCE, agence pour la création d’entreprises, 36 ans au compteur, se "fond" dans l’agence France Entrepreneur, l’AFE. Sauvée de la faillite par Dominique Restino, en 2014, l’ex-APCE va pouvoir bénéficier des largesses de la nouvelle AFE dont la création avait été annoncée par François Hollande le 20 octobre dernier à la Courneuve, afin d’encourager l’entrepreneuriat dans les quartiers dits "sensibles".(1)
L’AFE-APCE reprend cette mission et l’élargit dans le but de « renforcer et mieux coordonner l’action nationale et locale en faveur de l’entrepreneuriat, prioritairement en faveur des territoires fragiles, notamment des quartiers prioritaires de la politique de la ville, des zones de revitalisation rurale, et des outre-mer, au service de trois priorités :
- favoriser les créations et les reprises d’entreprises plus pérennes et créatrices d’emploi ;
- aider au développement des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME) créatrices d’emploi ;
- innover pour créer un cadre plus favorable à l’initiative économique
. »

L’AFE travaillera, nous dit-on, « en concertation avec les Régions, responsables du développement économique sur leurs territoires, et l’ensemble des acteurs de l’écosystème entrepreneurial publics et privés. »

Dominique Restino devient président de la nouvelle AFE et Mohed Altrad, l’Entrepreneur "mondial" de l’année 2015, préside son Comité d’orientation stratégique.

- Question : pourquoi écrire France Entrepreneur au singulier ? Bizarre. Le pluriel aurait été plus seyant, car la France ne compte pas, heureusement ! qu’un seul entrepreneur ... Ou alors, si ses concepteurs ont voulu apposer un qualificatif au mot France, on aurait pu baptiser l’AFE d’un généreux "Agence France Entreprenante"... A moins qu’il ne s’agisse d’un S oublié de discours en décrets, ou d’une simple erreur administrative ...

Quoi qu’il en soit, nous souhaitons succès et longévité à cette nouvelle AFE-APCE, qu’elle fasse germer de nombreuses vocations d’entrepreneurs dans notre pays ! Qu’elle puisse mieux encore les informer et les accompagner dans leur projet, afin qu’ils créent de nouveaux produits et services, qu’ils améliorent notre quotidien et rendent la France plus prospère et plus heureuse !

(1) « Cette Agence va être dotée de 60 millions d’euros qui financeront l’action des grands réseaux associatifs. S’ajouteront à ces crédits, 50 millions d’euros issus du programme d’investissements d’avenir pour apporter les fonds propres nécessaires aux projets des chefs d’entreprise, soit 110 millions d’euros dans une première phase », avait notamment déclaré le président de la République à La Courneuve.

-  P-S 2. Pourquoi n’y a-t-il plus de suite aux premières "Assises de l’entrepreneuriat" lancées à grand renfort de trompes en janvier 2013 par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et Fleur Pellerin éphémère ministre des PME. Pourtant l’initiative était louable, les intentions étaient bonnes... Mais la montagne institutionnelle a (une fois de plus !) accouché d’une souris pratique. Peu de changements, peu de résultats, peu de suivi ... Technocratie et conflits de territoires entre "services" ont eu raison de ce bel élan.
En fait, il faudrait que les entrepreneurs eux-mêmes se rassemblent et fassent leurs propres "États-Généraux" pour mieux se faire entendre et comprendre.

- P-S 3. Que devient le régime de l’auto entrepreneur qui a séduit près d’un million de Français ? De controverses en réformes annoncées, on s’y perd un peu ! J’avais compris que le régime de l’auto-entrepreneur disparaissait le 1er janvier 2016 au profit de celui, plus ancien, du régime "micro-social"... Ne dites plus "je suis auto-entrepreneur", mais je suis un "micro-entrepreneur"... Attention à la symbolique des mots : « Tout ce qui est micro n’est pas forcément miteux ! » a coutume de s’insurger Catherine Barbaroux, la présidente de l’Adie. Ce gouvernement dit qu’il veut simplifier la vie des entrepreneurs ... voilà un sujet sur lequel nous aimerions y voir clair. Simplement.

En tout état de cause, il reste à inventer un statut valorisant du professionnel indépendant, destiné à tous ceux qui ont un métier, un réel savoir-faire, une expertise, et qui veulent l’exercer de façon autonome sans tomber dans la précarité (et sans devoir créer une usine à gaz juridique ni devenir des vaches à traire...)

Heureuse et créative année 2016 !

Lire aussi...
 Le travail est-il fini ?
Non, car les besoins sont infinis !
 LA FRANCE EN 2017
Facteurs d’incertitudes et motifs d’espérance...
 IDÉES POUR 2017 (III)
Rêvons d’une France aux 20 millions d’actionnaires...
 Entrepreneurs,
qu’attendre des politiques ?
 IDÉES POUR 2017 (II)
La réforme fiscale , « mère » de toutes les réformes
 Démocratie directe vs Démocratie représentative :
laquelle triomphera à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux ?
 IDÉES POUR 2017 (I)
Pour ou contre un revenu universel d’existence ?
 La vraie "fracture" française
 DROIT DU TRAVAIL : LA RÉFORME INTROUVABLE
 La grande transformation numérique
 L’économie « participative » en questions
 L’entreprise à valeur humaine, un modèle d’avenir
  L’économie française est pénalisée par l’accumulation de mauvaises décisions et de fausses "bonnes idées"
 L’investissement est la clé de la croissance ...
Mais de quel investissement parle-t-on ?
  Plutôt que de parler d’« emplois », si nous parlions de métiers, de professions, de savoir-faire, de qualifications, de talents …
 2015 :
Et si nous retrouvions (enfin !) la culture du projet ?
 Entrepreneurs >< Pouvoirs publics :
Quand parviendra-t-on à surmonter les incompréhensions ?
 Cession de l’entreprise aux salariés :
les effets pernicieux de la loi Hamon (suite)
 France :
Comment faire redémarrer la machine économique ?

Le "dialogue social" : un levier de croissance ... grippé
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page