Des livres & des auteurs
"Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant

Au départ, il voulait simplement "indexer" l’Internet... Comment le moteur de recherche américain (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://www.franchiseparis.com
Accueil - Idées & perspectives
 
Etudes & analyses
FRANCHISE
Enquête annuelle 2014
Réalisée par Banque Populaire, en partenariat avec la FFF, le CSA et L’Express
 

La 11ème édition de l’Enquête annuelle sur la Franchise * présentée le 25 novembre 2014, confirme la bonne résistance de ce système partenarial dans un contexte de stagnation de l’économie française et de la consommation des ménages.
Franchiseurs et franchisés demeurent confiants dans les fondamentaux de la relation de franchise et la plupart des enseignes interrogées par l’Institut CSA se placent toujours dans une dynamique d’expansion. Synthèse.

* Réalisée par Banque Populaire avec la Fédération française de la franchise (FFF) et l’Institut CSA, en partenariat avec L’Express.

Même s’ils sont, comme les autres commerçants et dirigeants de TPE-PME, confrontés à une conjoncture difficile, les franchisés interrogés dans le cadre de cette 11ème enquête annuelle ont pu maintenir leur revenu d’activité : 32 876 € de revenu annuel net moyen ( 32 700 € en 2013).

Et 36 % d’entre eux déclarent avoir augmenté leur chiffre d’affaires en 2013 (ils étaient 40% dans ce cas en 2012).

Le système de la franchise, fondé sur l’entrepreneuriat en réseau - qui conjugue des talents, des énergies, des idées, et mutualise des ressources -, semble jouer un rôle "d’amortisseur" de crise.

D’ailleurs 76% des franchisés interrogés s’estiment mieux armés pour faire face à une conjoncture dégradé qu’un commerçant isolé.

 62% des franchiseurs déclarent avoir renforcé les mesures d’accompagnement vis-à-vis de leurs franchisés. Sentiment partagé par 51% des franchisés (31% disent qu’elles ont été beaucoup renforcées) et 72% estiment que leur franchiseur a su faire évoluer le concept

 Pour leur part, 95% des franchiseurs déclarent avoir incité leurs franchisés à mettre en œuvre au moins un relais de croissance. Parmi lesquels, le développement de nouveaux produits et services (75% d’incitation et 67% des franchisé l’ont mis en œuvre). Suivi par l’incitation à intégrer de nouvelles technologies (hors Internet) (+12 points par rapport à 2013), et, en troisième lieu, le développement d’une stratégie de vente multi-canal.
En revanche, l’incitation à l’ouverture de nouvelles boutiques/nouveaux magasins est en recul (-10 points).

En plus, les franchiseurs mettent l’accent sur le renforcement de la communication autour de l’enseigne et sur l’agrandissement du réseau.

Près de 6 franchiseurs sur 10 estiment que l’innovation est importante pour leur enseigne. Alors que 94% des franchisés en sont persuadés, dont 48% qui jugent l’innovation primordiale pour le réseau.

La Franchise s’est résolument mise à l’heure d’Internet

En 2014, 53% des franchiseurs qui ont mis en place une stratégie multi-canal (contre 43% en 2013 et 37% en 2012).

Le site Internet du réseau est fortement utilisé par les franchiseurs pour promouvoir le contact avec la clientèle :

- 97% utilisent leur site Internet pour présenter leur enseigne et leur gamme de produit ;
- 98% pour indiquer où sont localisés les points de vente ;

- 62% pour fidéliser les clients ;
- 56% pour vendre.

- 87% des franchiseurs ont mis en place sur leur site Internet au moins un dispositif afin d’inciter les consommateurs à se rendre dans les points de vente du réseau, principalement d’une communication sur :
- la localisation des points de vente ;
- les opérations événementielles ou promotionnelles.

Si la vente sur Internet reste largement majoritaire en tant que canal de vente à distance, la vente via une application Smartphone continue de progresser (+ 29 points par rapport à 2011).

Dans 42 % des cas, le franchisé conserve la relation commerciale avec le e-client (+ 8 points par rapport à 2013) : le commerce électronique a vocation à être organisé au sein des réseaux comme un outil commun au franchiseur et à ses franchisés, dans un esprit "gagnant-gagnant".

 Le site permet également d’entretenir la relation de la tête de réseau avec les franchisés : 86% utilisent leur site Internet pour recruter leurs futurs franchisés (81% en 2013). Et 26% pour dialoguer avec les franchisés (vs 33% en 2013). On observe aussi l’usage d’Intranets pour favoriser l’échange d’informations et le dialogue au sein du réseau.

Les réseaux sociaux occupent également une place de plus en plus importante :

-  plus de 8 franchiseurs sur 10 prennent en compte les réseaux sociaux dans leur stratégie de communication (76% en 2013)
-  plus d’un sur deux a mis en place un suivi de la réputation de la marque.

Investissements :

Parmi les franchisés installés depuis plus de cinq ans, un sur deux a réalisé des investissements au cours des deux dernières années.

Nature des investissements :

- 73%Travaux de rénovation/ Agrandissement/Mise au nouveau concept
- 72%Achat de matériel Machine. Véhicule /Système d’information
- 33%Nouvelles technologies
- 28%Outils de communication
- 15% Autres

Perspectives de développement

Selon les franchiseurs interrogés, les facteurs-clés propices au développement de leur réseau sont :

- La pertinence et la qualité du concept (70%)
- La relation entretenue avec les franchisés (61%)

- La qualité des franchisés (41%)

Et lorsqu’on les interroge sur les freins et obstacles au développement, ils mettent en avant, comme les années précédentes, trois difficultés :

- Le financement en général (66%)
- Le prix et la rareté des emplacements commerciaux (51%)
- La qualité des franchisés (43%)

 Cependant les franchiseurs restent unanimement et imperturbablement optimistes (à 95 % !) sur l’avenir de leur réseau.

La première raison de cet optimisme est, pour 68 % d’entre eux, la « qualité humaine du réseau » (+5 points par rapport à 2013).

Parmi les facteurs-clés de réussite des réseaux, les franchiseurs citent également la qualité de la « relation franchiseur – franchisé » (61 %, en progression de 8 points en quatre ans) et « la qualité des franchisés » (41 %).

 Un peu plus de 9 franchiseurs sur 10 envisagent de créer un point de vente dans les douze prochains mois. Et un tiers d’entre eux pense créer 10 points de vente en franchise ou plus dans l’année qui vient.

Attachement au réseau

 La proportion des franchisés optimistes est d’un niveau moins élevée, mais reste importante : 67%

C’est dans les résultats de leur entreprise qu’ils puisent la principale source de confiance en l’avenir. Le secteur d’activité continue à être perçu comme un facteur de succès.
La notoriété du réseau et la liberté d’action laissée aux franchisés restent les aspects les mieux perçus.

Même s’ils accordent une note de satisfaction globale de leur projet professionnel en légère baisse (6,8/10 contre 7,4 en 2013), les franchisés se montrent très attachés à leur réseau actuel : 80% d’entre eux souhaitent poursuivre leur activité au sein du réseau au terme de leur contrat de franchise, un chiffre stable depuis 4 ans (77% en 2013, 79% en 2012, 81% en 2011)

S’ils souhaitent continuer au sein du même réseau, les franchisés sont cependant plus réservés sur le fait d’ouvrir un autre point de vente à l’avenir (24% contre 29% en 2013 et 38% en 2012), conséquence manifeste de l’incertitude des perspectives économiques.

Les franchisés confirment, eux aussi, leur attachement aux valeurs humaines.
Pour le choix de leur enseigne, ils se disent de plus en plus attentifs à la déontologie du réseau (58 % en progression de 8 points par rapport à 2013) et à son engagement environnemental et sociétal
(39 % en hausse de 13 % en un an).

65 % des franchisés s’impliquent concrètement dans la vie de leur ville ou de leur quartier en tant que membre d’une association de commerçants (41 %), sponsor d’un club sportif (38 %), mécène d’une manifestation culturelle (23 %) ou sponsor d’une association humanitaire (14 %).

La formation et l’animation du réseau sont, par ailleurs, jugés primordiaux pour entretenir et renforcer la relation franchiseur - franchisé :

- 83 % des franchisés déclarent en 2014 que la formation initiale les a bien préparés à l’exercice de leur activité. Une formation initiale qui est aussi suivie par 92 % des salariés du franchisé (+8 points par rapport à 2013).

- La durée moyenne de la formation des franchisés a augmenté, passant de 56 à 70 jours en trois ans.

- Notons que 48% des franchisés ont suivi une formation en e-learning (+14 points par rapport à 2013).

- Enfin, 89 % des franchisés ont reçu la visite d’un animateur du réseau soit à l’ouverture, soit dans le cadre de visites régulières.

Le profil des franchisés en 2014

- Femmes : 40%
- Hommes : 60%

- Age moyen : 46 ans, et âge moyen à l’ouverture du premier point de vente : 34 ans
- Niveau d’études : Bac +2 et plus, 51%
- Situation antérieure : 70% étaient salariés (dont 65% dans le privé)

- Ancienneté dans le réseau : 12 ans en moyenne

- 47% des franchisés vivant en couple sont aidés dans leur activité par leur conjoint

- 51 % sont installés dans une ville de moins de 25 000 habitants

- Revenu annuel net moyen : 32 876 euros (32 700 euros en 2013)
- 52% ont investi entre 50 K€ et 500 K€ dans la création de leur entreprise en franchise

- 67% sont optimistes ou très optimistes quant à l’avenir de leur affaire dans les deux années à venir.

VERBATIM

Michel Roux, Banques Populaires, et René Prévost, FFF

>>> Michel Roux, directeur du développement, Banques Populaires

« La franchise est un modèle plus efficace, plus résilient, plus dynamique qui résiste mieux à la crise et offre plus de visibilité. Car les franchisés bénéficient d’une formation, d’un encadrement, d’un savoir-faire, d’innovations portées par le réseau...

« Cette 11e enquête annuelle nous permet d’affirmer que la franchise conjugue avec succès la qualité de la relation humaine avec le meilleur de l’innovation ! (...)

« Contrairement à une idée reçue, il n’y a pas de « credit crunch ». Selon la dernière enquête de la Banque de France, 92% des PME obtiennent le crédit d’équipement demandé. Il ressort d’autres études que l’obtention d’un crédit ne fait pas partie des principales préoccupations des chefs d’entreprise : ils pensent plutôt à développer leur chiffre d’affaires, mieux gérer le poste client et améliorer la gestion de trésorerie… C’est un réflexe sain, révélateur d’une situation post-crise. Par ailleurs, les conditions pour emprunter sont aujourd’hui très favorables. Les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas !

« Banque Populaire facilite encore plus l’accès aux financements avec des offres de crédit qui limitent les garanties exigées et les cautions personnelles, grâce à notre partenariat avec le FEI (Fonds européen d’investissement). Ces financements peuvent notamment couvrir des investissements d’innovation, traditionnellement plus difficiles à financer par l’emprunt.
D’ailleurs, un franchisé sur deux nous déclare avoir réalisé des investissements au cours des deux dernières années, c’est un signe encourageant.

« Enfin, pour faire face aux évolutions réglementaires, Banque Populaire a mis en place une offre clé en main pour les commerçants afin de faciliter la mise aux normes et l’accessibilité de leur point de vente à tous. »

>>> René Prévost, Président de la Fédération française de la franchise (FFF) :

« On traverse aujourd’hui une crise de confiance du consommateur : celui-ci repousse à demain tout ce qu’il n’est pas obligé d’acheter aujourd’hui ! Dans ce contexte, la franchise se révèle un modèle plus flexible, plus réactif.

« Faire partie d’un réseau présente des avantages : il peut dialoguer avec les autres franchisés, échanger les bonnes idées, optimiser les coûts en ayant accès à des fournisseurs sélectionnés par son franchiseur, à des services mutualisés, à une logistique qui réduit les stocks … Les enseignes investissent dans la formation, le e-learning, la communication de la marque – ce que ne peut faire un commerçant isolé.

« Les TIC et Internet nous permettent aussi de mieux informer le consommateur, de mieux connaître nos clients et de mesurer leur satisfaction… Aux franchiseurs de faire d’Internet leur meilleur allié pour amener des clients dans les points de vente du réseau !

« Les relations et connexions en franchise sont primordiales, nous le constatons chaque jour sur le terrain auprès des réseaux. Les acteurs de la franchise sont de plus en plus attentifs à la place de l’humain. Les résultats de l’étude le prouvent : 58 % des franchisés se renseignent sur la déontologie du réseau et 39 % sur son engagement environnemental et sociétal (+ 13 points vs 2013).

« Des stratégies de RSE sont d’ores et déjà développées pour près d’un quart des réseaux interrogés (23 %). Se préoccuper du bien-être au travail et s’engager en faveur d’une qualité de vie au sein du réseau sont autant de signaux qui nous montrent que franchiseurs et franchisés sont attachés à la motivation de leurs équipes et à la fidélisation de leurs clients. »

- Voir aussi l’interview vidéo de René Prévost sur Lexpress.fr

* * *

Méthodologie de l’Enquête 2014

- 405 entreprises franchisées ont été interrogées par téléphone du 5 au 17 juin 2014 par l’Institut CSA. Afin de s’assurer de la représentativité de l’échantillon, des quotas ont été fixés sur le secteur d’activité, la localisation géographique et la date de création de l’entreprise. L’échantillon a ensuite été redressé sur ces variables, toutes issues des informations fichiers.

- 200 franchiseurs ont été interrogés par téléphone du 5 au 27 juin 2014. Le mode de recueil est identique à 2013. Auparavant, les franchiseurs étaient interrogés en face à face. Les évolutions sont donc à prendre avec précaution sur ces vagues antérieures. Afin d’être représentatifs de la population étudiée, les résultats ont été redressés sur les variables suivantes : le secteur d’activité, la région et le nombre de points de vente.

Lire aussi...
 TPE : l’activité n’a toujours pas retrouvé les chemins de la croissance...
 RSI :
Le réformer, oui, le supprimer, non !
 25 ans après Maastricht, 15 ans après l’Euro, où en sont les promesses de l’union monétaire ?
 SERVICES AUX PERSONNES
L’adoption d’un "tiers-payant" doperait l’activité et l’emploi
 Le droit à la déconnexion dans l’entreprise : quelle approche adopter ?
 La solitude, "compagne de route" du chef d’entreprise
 L’« instance de dialogue social » prévue par la loi Travail verra-t-elle le jour ?
 LOI TRAVAIL
Cessons d’infantiliser les salariés !
 Les entreprises, premier "percepteur" des impôts en France : est-ce vraiment leur rôle ?
 PME FAMILIALES :
Le dilemme de l’ouverture du capital
 Dirigeant(e)s : « Comment allez-vous ? »
 Commerce coopératif :
les commerçants associés récoltent les fruits du « capital patient »
 Europe-États-Unis
Enjeux et controverses à propos du traité transatlantique, le "TTIP"
 Perspectives contrastées pour l’activité des TPE du commerce et de l’artisanat
 « Y a-t-il un sens à parler de culture d’entreprise ? »
 Vive la « civilité » en entreprise …
C’est bon pour tout le monde !
 Quand les fonds d’investissement s’intéressent aux réseaux de franchise
 La franchise regarde l’avenir avec optimisme
 Audit parlementaire de Bpifrance, la banque publique d’investissement :
Faire plus pour les TPE et pour les PME en difficulté
 Vers l’entreprise à valeur humaine :
une démarche volontaire capable de régénérer le dialogue social
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page