Des livres & des auteurs
« L’Empire du mail » de Jean Grimaldi d’Esdra (éditions Librinova)

« Au commencement était le mail » semble être la nouvelle règle de fonctionnement des managers. S’il (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://www.franchiseparis.com
Accueil - Initiatives & management : acteurs et témoignages
 
Expériences
Envie de changer de métier ? C’est possible ... en franchise
 

Dans leur "première vie" (professionnelle) ils étaient pompier, cadre commercial, militaire, banquier, ingénieur, directeur qualité … et ils se sont reconvertis dans un autre métier en optant pour le modèle de la franchise. Témoignages.

Jean-Christophe Sozza, franchisé Jeff de Bruges à Carcassonne

- Jean-Christophe Sozza (à droite) et son associé, Lionel Teyssier, dans leur nouveau magasin à l’enseigne "Jeff de Bruges" à Carcassonne.

Ils ont changé de métier

Jean-Christophe Sozza a ouvert sa boutique de chocolats Jeff de Bruges à Carcassonne le 14 octobre 2011, après avoir travaillé pendant dix-huit ans … dans le monde bancaire, où il était un expert réputé du financement de la franchise, d’abord chez Oseo puis à la fédération des Banques Populaires (aujourd’hui BPCE).

A 43 ans, ce toulousain d’origine a eu envie de retourner « au pays », avec la « volonté de se réaliser autrement que dans le cadre d’une grande structure nationale. » Je souhaitais, confie-t-il, « passer, en quelque sorte, ‘de l’autre côté du comptoir’, être dans un domaine moins abstrait que la banque et la finance, au contact direct du client … J’avais envie d’exercer un métier qui offre un réalisation manuelle, une dimension qui me manquait. » Pourquoi le chocolat ? « J’étais attiré par "un produit-plaisir" et aussi parce que j’aime cuisiner ! »

Avant de se lancer, l’ancien banquier rompu à l’analyse des bilans a bien étudié le modèle économique de Jeff de Bruges. Il a aussi rencontré d’autres franchisés du réseau. Et puis, il a suivi une formation pratique de cinq semaines, ce qui lui a permis d’apprécier le « professionnalisme du franchiseur ».

« On se sent porté par le réseau »

Passé le stress de l’ouverture, il est satisfait de son choix. La clientèle est au rendez-vous, au-delà des prévisions. « J’ai pu vérifier l’attractivité de l’enseigne ». Pour qui entreprend, « la franchise permet de ne pas être isolé : tout en étant indépendant, on se sent porté par le réseau ; on travaille avec des personnes qui travaillent dans le même esprit que vous et s’attachent à faire vivre la même marque au quoditien. C’est une vraie solution pour ceux qui veulent changer de métier. »
Il a d’ailleurs choisi de s’associer avec un autre franchisé du réseau « pour sécuriser son projet » et aussi dans la perspective, d’ouvrir ensemble d’autres points de vente. Il est heureux d’être son propre patron, malgré certains sacrifices : il ne prendra pas de vacances la première année !

Jean-Christophe Sozza n’est pas le seul banquier à s’être reconverti en franchise. Emmanuel Morey, 39 ans dont une dizaine d’années passées au sein du Groupe Crédit Agricole, avait l’envie tenace de devenir chef d’entreprise. Il a sauté le pas en ouvrant début 2011 une agence sous l’enseigne Temporis (travail temporaire) à Colombes (92). Passer d’un grand groupe à une TPE de trois personnes (il a embauché deux collaborateurs) ne lui pose pas de problème : « désormais c’est mois qui décide et le circuit de décision est plus court que dans la banque ! Même si j’ai sacrifié mes RTT et une partie de ma rémunération, je travaille pour moi - tout en bénéficiant de l’assistance d’un réseau. C’est une super aventure. »

Un choix de vie

Devenir chef d’entreprise lorsqu’on a été cadre supérieur salarié, signifie généralement l’abandon de certains avantages (les RTT, les cinq semaines de congés payés !) et une baisse (du moins les premières années) de sa rémunération. Mais c’est un choix de vie.
Celui qu’a fait à 54 ans Jean-Pierre Luck, en ouvrant en 2008, près de Grasse, un magasin de vins à l’enseigne du « Domaine de Régusse ».

Après avoir été directeur général de Vivendi Games, et directeur du développement international de Façonnable (vêtements), cet habitué des longs courriers internationaux tient avec assiduité, six jours sur sept, son point de vente de 60 m2 sur la route de la Paoute entre Mouans-Sartoux et Grasse : « J’aime le contact avec le client. Je voulais rester sur la Côte d’Azur et je suis passionné d’œnologie. Je suis heureux de n’avoir de compte à rendre à personne : il vaut mieux un petit chez soi qu’un grand chez les autres ! » Avec des résultats prometteurs malgré la crise, il a le projet d’ouvrir d’autres magasins dans la région.

La franchise peut parfois aussi permettre de cumuler deux métiers ... différents. C’est le cas de Régis Brun à Marseille. Ce diplômé en gestion de la fac de Nice a créé une société de production de films, Mefise, en 1994 (le cinéma est une histoire de famille, son père a travaillé pour Pagnol aux studios de la Victorine) … Mais, au tournant de la cinquantaine, il a éprouvé le besoin de trouver un complément d’activité à sa maison de prod… En quête d’une franchise, il a été séduit par l’enseigne « Les Domaines Qui Montent » et par la personnalité de son créateur Emmanuel de Bodard. Régis Brun a ouvert au mois d’août une cave à vins-table d’hôtes dans le quartier rénové de la Joliette et des Docks. Pour marier vin et 7ème art, il compte en faire un lieu convivial où les gens du cinéma auront plaisir à se retrouver au bord de la Méditerranée.

Jacques Gautrand

- Pour aller plus loin, rendez-vous sur l’espace Franchise de L’EXPRESS

5 conseils avant de se lancer en Franchise

- 1. Choisissez une activité qui vous correspond : analysez vos envies, aspirations, affinités avec un secteur/produit ; vos qualités personnelles, vos aptitudes, vos points forts et vos points de rupture ...

- 2. Parlez de votre projet autour de vous ; obtenez le soutien de vos proches, de votre conjoint.

- 3. Sélectionnez avec soin votre enseigne de franchise : comparez ! Evaluez la pertinence du concept ; son succès commercial et sa pérennité. Le franchiseur l’exploite-t-il lui-même dans des succursales ? Quelle formation allez-vous suivre ; de quelle assistance initiale et continue allez-vous bénéficier de sa part ?

- 4. Rencontrez plusieurs franchisés du réseau : faites-vous communiquer les éléments clés du compte d’exploitation pour apprécier la rentabilité de la franchise ; confrontez l’expérience de terrain des franchisés rencontrés aux déclarations du franchiseur.

- 5. Consultez et informez-vous avant de signer le contrat de franchise ! Rencontrez des expert-comptables et des avocats spécialisés ; prenez contact avec la Fédération française de la franchise (FFF) ; consultez les sites spécialisés comme celui de l’Observatoire de la franchise.

Lire aussi...
 Des créneaux singuliers pour entreprendre en franchise ...
 Franchise et commerce organisé en réseaux : ça marche !
 Mediacités : ce nouveau média fait appel au crowdfunding pour devenir« multi-villes »
 Rebondir après un échec : c’est possible !
 Le crowdfunding séduit la Tunisie
 Jean Boissonnat (1929-2016)
Il a fait comprendre l’économie aux Français
 « Libérons les énergies ! »
Par Anne-Laure Constanza et Laurent Grandguillaume
 Le chantier vendéen Privilège Marine, lauréat du Prix Etienne Marcel 2016
 PME
Pourquoi faire appel à un directeur commercial/marketing à temps partagé ?
 FRANCHISE
Les réseaux lauréats 2016 des Coups de cœur de L’Express
 45 ans de franchise en France
 «  Dans une PME, les qualités d’une femme pourront mieux s’affirmer et être reconnues  »
 7ème édition du Grand Prix des « Bonnes Nouvelles des Territoires  »
 Sandra Le Grand :
« La croissance d’une entreprise dépend d’abord de la volonté de son dirigeant »
 Annick Hercend : « L’avenir de nos PME passe par l’international ! »
 Un directeur à temps partagé pour doper la croissance de votre PME ou de votre start-up !
 L’art de la décision dans un contexte de "surinformation"
 Mohed Altrad, sacré entrepreneur de l’année 2015 dans le monde
 Terramie :
le concept original du jardin "à visée thérapeutique"
 RESTAURATION
"Food Trucks" : ça carbure !
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page