Des livres & des auteurs
"Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant

Au départ, il voulait simplement "indexer" l’Internet... Comment le moteur de recherche américain (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/franchise/
Accueil
 
La chronique de Jacques Gautrand - Février 2012
Entreprises en réseau : la France est en retard !
Les leçons de la reconversion de l’usine Lejaby
 

Le sauvetage (très médiatisé) de l’usine Lejaby à Yssingeaux, en Haute-Loire, est exemplaire. Moins par la mobilisation des politiques, que par son caractère "extra-ordinaire" : alors que la coopération entre entreprises devrait être normale, courante, spontanée ...

Pour remédier à la liquidation judiciaire de ce fabricant de lingerie auvergnat (victime de la concurrence internationale) , il aura fallu un concours de circonstances exceptionnelles - la période pré-électorable n’est pas anodine ! - pour qu’une entreprise se porte au secours d’une autre. Non par simple compassion ou philanthropie, mais parce qu’elle y trouvait aussi son intérêt bien compris.

On sait que le repreneur, Vincent Rabérin, patron de la SOFAMA, une PME auvergnate sous-traitante du groupe de luxe LVMH, est originaire d’Yssingeaux. Qu’il est proche de Laurent Wauquiez, élu local, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui avait l’obligation de réussir l’opération pour ne pas faire mentir la promesse du président de la république, Nicolas Sarkozy, de "ne pas laisser tomber les gens de Lejaby" ... D’autant qu’une course de vitesse s’était engagée avec un autre élu, le socialiste Arnaud Montebourg (de Saône et Loire) - champion du protectionnisme industriel et théoricien de la fumeuse "démondialisation" - qui avait mobilisé ses troupes afin de "sauver" l’emploi à Yssingeaux ...

Au final, le plus important est bien que les 93 salariés - essentiellement féminines - de Lejaby retrouvent, en ces temps difficiles, une perspective durable de travail et de revenu, mais aussi la confiance dans l’avenir et l’estime de soi.

Quels enseignements peut-on tirer de cet événement ?

Le sauvetage et la reconversion de l’usine Lejaby à Yssingeaux :
Quels enseignements en tirer ?
Par Jacques Gautrand

- 1 - Il n’y a pas de fatalité du déclin industriel dans notre pays. Après avoir apprivoisé la dentelle, les "petites mains" de Lejaby vont se reconvertir dans le cuir pour fabriquer des éléments de bagagerie destinés à la marque prestigieuse du malletier Louis-Vuitton. Car le luxe français ne connaît pas la crise ! Au contraire, on ne produit pas assez. Et les clientes(asiatiques, moyen-orientales) de LVMH doivent patienter pour acquérir l’accessoire de leur rêve ...

- 2 - Il n’y a pas de fatalité de "l’inemployabilité" (horrible mot technocratique !). Que nous rebat-on pas les oreilles sur fait que des millions de salariés seraient condamnés au chômage parce que les technologies ont chamboulé leur métier ou parce que leur secteur d’activité serait obsolète ... Vincent Raberin, le repreneur de Lejaby, s’est dit que ces femmes avaient une expériences, qu’elles avaient au fil de leur longue carrière exercé "l’intelligence de leurs mains" et qu’avec de la formation et un peu de bonne volonté, elles sauraient bientôt appliquer leur talent au travail du cuir.

On connaît tous des exemples de reconversion professionnelle réussie - souvent pour passer d’un secteur à un autre très différent - pour peu que chacun y mette du sien. Et que l’on ouvre le champ des possibles plutôt que de rester bloqués dans nos schémas anciens !

- 3 - La coopération interentreprises est insuffisamment développée en France. Alors qu’elle est très répandue en Italie, notamment dans le Nord, dans ce que l’on appelle les "districts industriels". Comme le souligne l’universitaire Olivier Torrès, professeur à SupdeCo Montpellier et à l’ EM Lyon : « Dans la région de l’Emilie-Romagne, il est courant que les PME s’échangent entre elles des salariés en fonction de leur plan de charge ; la coopération interentreprises y est très active. D’ailleurs Michael Porter, le concepteur de la théorie des "clusters industriels", s’est beaucoup inspiré de l’exemple italien. »

. Pourquoi la France est-elle à la traîne en matière de coopération interentreprises ? Bien-sûr on évoquera l’individualisme forcéné de nos compatriotes ("nous sommes des Gaulois querelleurs" !). Des préjugés anciens, des "jalousies de territoires", des corporatismes patronaux et syndicaux, des différences de statuts, de conventions collectives, la mise en compétition sauvage d’une armée de sous-traitants par quelques grands donneurs d’ordres ou centrales d’achat dominantes comme principal levier de compétitivité de l’offre ... autant de "pesanteurs" qui contribuent à "l’émiettement" de notre tissu économique.

- 4 - Il est temps que cela change !
Les politiques publiques en matière de coopération interentreprises ne sont pas suffisamment incitatives. Jusqu’à présent elles se sont beaucoup focalisées sur des aspects techniques comme la réduction des délais de paiement ou la mise aux normes de certaines filières de production. Mais elles ne se sont pas assez centrées sur les moyens nécessaires pour favoriser les coopérations ntre entreprises de toutes tailles : faciliter les groupements d’employeurs, permettre la constitution de GIE (groupements d’intérêt économique) informels, lever les obstacles fiscaux, réglementaires, faciliter les prêts de main d’oeuvre, la pluriactivité, etc.

- Les grands groupes doivent aussi regarder à leurs pieds. Une maxime dit, sous l’ombre des grands arbres il ne pousse rien ... Nos grands groupes (les plus de 1000 salariés) se sont peu à peu désolidarisés du territoire national pour aller chercher la croissance et les sources de profit dans les zones géographiques de la planète les plus dynamiques. On ne leur reprochera pas cette stratégie d’expansion tous azimuts qui a doté la France de grands champions internationaux, dans des domaines variés (agro-industrie, aéronautique, énergie, hotellerie, services ...), lesquels nous permettent encore d’exister comme puissance economique dans la mondialisation. Mais ce faisant, ces grands groupes - à quelques exceptions près - ont négligé de "soigner" le terreau économique autour d’eux, dans leur pays d’origine. Ils ne se sont pas suffisamment péroccupés de faire progresser comme des partenaires à part entière - et non comme des vassaux !- une multitude de PME susceptibles de leur apporetr par leur agilité, leur souplesse, leur innovation, des prestations, des diversifications, des fonctions ou des services complémentaires ... Car ils ont aussi délocalisé leurs sous-traitants et prestataires !

La carence la plus frappante de cette absence de coopération grands groupes-PME, nous la payons aujourd’hui au prix fort avec un déficit record du commerce extérieur (- près de 70 milliards d’euros en 2011 !). Il sanctionne l’incapacité de nos grands champions nationaux à entraîner dans leur sillage une armada de PME exportatrices, comme le font les Allemands ...

Nos grands groupes aiment bien vanter aujourd’hui avec de beaux rapports annuels sur papier glacé leur engagement sociétal, leurs actions en matière de RSE, leur fibre humanitaire, écologique, leurs opérations de mécénat ...
Mais leur première responsabilité sociétale ne serait-elle pas de soutenir un eco-système de PME viables autour d’eux ?

- Tout le monde aujourd’hui se gargarise du mot réseau ou network, mais il est plus que temps de mettre nos entreprises en réseau ... C’est probablement le meilleur tremplin de l’indispensable sursaut économique dont la France a urgemment besoin aujourd’hui.

Jacques Gautrand
jgautrand [ @ ] consulendo.com

******************************************************************************

POST-SCRIPTUM

MADE IN FRANCE. A l’approche des élections, le slogan "produisons français" fait florès. Les Français ont la mémoire courte. Il y a une quinzaine d’années, à grand renfort de publicité, les chambres de commerce et d’industrie avaient lancé une campagne sur un thème aussi prémonitoire que pertinent : "NOS EMPLETTES SONT NOS EMPLOIS !"

Lire aussi...
 Le travail est-il fini ?
Non, car les besoins sont infinis !
 LA FRANCE EN 2017
Facteurs d’incertitudes et motifs d’espérance...
 IDÉES POUR 2017 (III)
Rêvons d’une France aux 20 millions d’actionnaires...
 Entrepreneurs,
qu’attendre des politiques ?
 IDÉES POUR 2017 (II)
La réforme fiscale , « mère » de toutes les réformes
 Démocratie directe vs Démocratie représentative :
laquelle triomphera à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux ?
 IDÉES POUR 2017 (I)
Pour ou contre un revenu universel d’existence ?
 La vraie "fracture" française
 DROIT DU TRAVAIL : LA RÉFORME INTROUVABLE
 L’esprit d’entreprise et d’initiative : une authentique « énergie durable » pour la France ...
Ne la décourageons pas !
 La grande transformation numérique
 L’économie « participative » en questions
 L’entreprise à valeur humaine, un modèle d’avenir
  L’économie française est pénalisée par l’accumulation de mauvaises décisions et de fausses "bonnes idées"
 L’investissement est la clé de la croissance ...
Mais de quel investissement parle-t-on ?
  Plutôt que de parler d’« emplois », si nous parlions de métiers, de professions, de savoir-faire, de qualifications, de talents …
 2015 :
Et si nous retrouvions (enfin !) la culture du projet ?
 Entrepreneurs >< Pouvoirs publics :
Quand parviendra-t-on à surmonter les incompréhensions ?
 Cession de l’entreprise aux salariés :
les effets pernicieux de la loi Hamon (suite)
 France :
Comment faire redémarrer la machine économique ?

Le "dialogue social" : un levier de croissance ... grippé
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page