Des livres & des auteurs
Ces entrepreneurs Made in France

Insensiblement, la France est devenue un pays d’entrepreneurs. Une révolution silencieuse dans ce (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
https://boutique.lexpress.fr/livres/entreprise-management/guide-la-franchise-2018.html
Accueil - Initiatives & management : acteurs et témoignages
 
En cas d’échec de leur entreprise, 2 entrepreneurs sur 3 sont prêts à recommencer
 

D’un sondage sur le thème "Les entrepreneurs et l’échec de leur société" (1) réalisé par Legalstart et Opinion Way, il ressort qu’en cas d’échec, 61% des dirigeants interrogés envisageraient de tenter à nouveau l’expérience.

- Expert en entrepreneuriat, André Letowski synthétise les résultats de cette étude dans sa Note mensuelle d’analyse de juillet 2017. *

61% des entrepreneurs envisagent de tenter à nouveau l’expérience en cas d’échec, selon un sondage que viennent de publier Legalstart et Opinion Way (1)

Photo LibreA la question « Si votre société ne fonctionnait plus et que vous étiez obligé de la fermer, envisageriez-vous d’en créer une nouvelle ? », 61% répondent oui (dont 29% certainement) et 36% non (dont 13% certainement pas).

Le oui est conditionné à l’âge (75% les moins de 35 ans, 59-65% les 35-64 ans, et 42% les 50 ans et plus), mais aussi au sexe (hommes 64%, femmes 53%) et au fait qu’ils soient créateurs de leur entreprise (68% vs 52).

On notera que le décalage « des plus accro » est plus modeste en ce qui concerne l’âge (29-33% pour les moins de 24 ans, vs 24 pour les 65 ans et plus).

En cas de fermeture de leur entreprise, 79% des entrepreneurs interrogés estiment qu’ils garderont la confiance de leurs proches (30% certainement), 63% celle de leurs clients (14% certainement), 45% celle de leurs fournisseurs (9% certainement), 16% des banques (3% certainement, 32% certainement pas) ; garder certainement la confiance demeure nettement minoritaire ; les caractéristiques du dirigeant influent peu sur les résultats.

Et même, 68% des sondés se disent favorables à envisager de s’associer avec un entrepreneur qui a dû fermer sa société ; c’est plus souvent le fait des hommes (70 vs 61% pour les femmes), des moins de 35 ans (74%), des créateurs de leur entreprise (74% vs 61), des services aux entreprises (75%).

Quels sont les principaux facteurs identifiés comme étant à l’origine de l’échec ?

- D’abord un problème de financement (39% répondent "ne pas trouver les financements à des moments cruciaux du développement", 35% une mauvaise gestion de la trésorerie)

Les enjeux du développement (37% le fait de développer un service ou un produit qui ne répond pas au besoin du marché, 10% une croissance trop rapide, non maîtrisée)

– Les ressources humaines (26% se tromper dans le choix de ses associés, 20% ne pas arriver à recruter les bonnes personnes)

 L’administratif (28% l’énergie dépensée et le temps passé sur les problématiques administratives)

-  L’engagement personnel du dirigeant (15% disent "ne pas être suffisamment investi, ne pas accorder suffisamment de temps à son projet").

# Source et méthodologie : " Les entrepreneurs et l’échec de leur société", Legalstart/Opinion Way, juillet 2017.

- Échantillon composé de 1018 entrepreneurs et dirigeants d’entreprise issu de la base de 50 000 personnes inscrites sur la plateforme Legalstart.fr, interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI entre le 21 et 29 mars 2017. Profil : 79% sont des hommes ; 19% ont moins de 35 ans, 29% de 35 à 49 ans, 36% de 50 à 64 ans et 16% 65 ans et plus ; 63% sont dans des villes de plus de 100 000 habitants et 27% dans des communes de moins de 20 000 habitants ; 64% sont dans les services (dont 49% les services aux entreprises) ; 55% sont en société.  

- * Plus d’infos sur André Letowski - Note d’analyse - Juillet 2017

>>> Lire aussi notre article Rebondir après un échec : c’est possible !

Lire aussi...
 Les réseaux de franchise lauréats 2018 des « Coups de Cœur » de L’Express
 PME-Grands Groupes
Un "Speed-Dating" pour aller plus loin si affinités...
 BLOCKCHAIN
Nostrum, enseigne catalane de restauration rapide, émet sa propre monnaie
 Des Français de plus en plus entreprenants
 Des créneaux singuliers pour entreprendre en franchise ...
 Franchise et commerce organisé en réseaux : ça marche !
 Mediacités : ce nouveau média fait appel au crowdfunding pour devenir« multi-villes »
 Rebondir après un échec : c’est possible !
 Le crowdfunding séduit la Tunisie
 Jean Boissonnat (1929-2016)
Il a fait comprendre l’économie aux Français
 « Libérons les énergies ! »
Par Anne-Laure Constanza et Laurent Grandguillaume
 Le chantier vendéen Privilège Marine, lauréat du Prix Etienne Marcel 2016
 PME
Pourquoi faire appel à un directeur commercial/marketing à temps partagé ?
 FRANCHISE
Les réseaux lauréats 2016 des Coups de cœur de L’Express
 45 ans de franchise en France
 «  Dans une PME, les qualités d’une femme pourront mieux s’affirmer et être reconnues  »
 7ème édition du Grand Prix des « Bonnes Nouvelles des Territoires  »
 Sandra Le Grand :
« La croissance d’une entreprise dépend d’abord de la volonté de son dirigeant »
 Annick Hercend : « L’avenir de nos PME passe par l’international ! »
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page