Des livres & des auteurs
"Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant

Au départ, il voulait simplement "indexer" l’Internet... Comment le moteur de recherche américain (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://www.franchiseparis.com
Accueil
 
L’analyse de Jacques Gautrand - Février 2014
EMPLOIS CONTRE BAISSE DES CHARGES ...
Si chacun compte sur l’autre pour faire le premier pas, cela risque de durer longtemps.
Et la France peut-elle encore attendre ?

 

« Je baisse vos charges et vous vous engagez à créer des emplois. » Tel est le message martelé en janvier par le président de la République à l’adresse des chefs d’entreprise. Prenant ainsi au mot le Medef et la proposition de son président Pierre Gattaz de créer 1 million d’emplois supplémentaires d’ici à 2020 - à condition que les charges des entreprises françaises soient mises au niveau de celles de leurs homologues allemandes, à savoir réduites de 100 milliards d’euros ...

Les commentateurs ont relevé l’habileté manœuvrière de François Hollande à retourner la situation en sa faveur en renvoyant la patate chaude du chômage dans le camp patronal : Messieurs les patrons, à vous de jouer !

Les partisans de l’économie de marché sauront gré au président de la République d’avoir publiquement reconnu, lors de sa conférence de presse du 14 janvier 2014, qu’il ne pouvait y avoir de croissance « qu’avec la mobilisation de tous et notamment des entreprises, sans lesquelles il ne peut y avoir de créations d’emplois dans la durée. »

Une reconnaisance courageuse face à une bonne partie de ceux qui avaient voté pour lui en mai 2012 et ne voient désormais dans sa politique que "reculades" et "cadeaux faits au patronat" ...

Mais comme toujours, chez François Hollande il y a la proclamation péremptoire, et puis son exégèse. Or c’est là que les choses se gâtent ...

« Pacte de responsabilité » et « Observatoire des contreparties »

Voici comment le président de la république a présenté le 14 janvier son "pacte de responsabilité" :
« Il a un principe simple : c’est d’alléger les charges des entreprises, de réduire leurs contraintes sur leurs activités ; et en contrepartie de permettre plus d’embauches et davantage de dialogue social. (...) Le pacte de responsabilité, c’est un grand compromis social, sans doute le plus grand qu’il ait été proposé depuis des décennies à notre pays
. »

Mais pas question de laisser aux partenaires sociaux la liberté de s’organiser, de s’entendre sur le terrain, au plus près des entreprises, de trouver, ensemble, les meilleurs moyens de relancer la machine économique, de rendre plus performante l’organisation du travail, afin de créer plus de richesse et donc plus d’emplois ...

L’Etat socialiste entend garder la haute main sur le processus :

« Les contreparties, a précisé François Hollande, elles doivent être définies au niveau national et déclinées par branches professionnelles. Elles porteront sur des objectifs chiffrés d’embauches, d’insertion des jeunes, de travail des séniors, de qualité de l’emploi, de formation, d’ouvertures de négociations sur les rémunérations et la modernisation du dialogue social. Un « Observatoire des contreparties » sera mis en place et le Parlement y sera associé... »

Et voilà comme une bonne idée en principe se trouve, avant même tout début de réalisation, étranglée par une nouvelle usine gaz, comme notre technobureaucratie en a le secret !

Premier temps : ouverture libérale ; deuxième temps : on vérouille tout pour ne pas se couper des soutiens de gauche ... Au final, on ne satisfait personne !

Le CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) est du même tonneau. Plutôt que de baisser directement les charges des entreprises (ce que qu’avait fait le précédent gouvernement en créant la TVA sociale), François Hollande et le gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont conçu l’engin emberlificoté du CICE à dessin de leurre : apaiser le monde patronal tout en cherchant à ne pas donner des boutons aux syndicats ...

On a perdu deux ans ...

Le CICE a fait perdre deux ans à l’économie française, alors qu’il eût été si simple de baisser les charges sociales, soit directement, soit en appliquant la loi votée par la précédente majorité créant la TVA sociale (et que la gauche, à peine revenue aux affaires, s’est dépêchée d’abroger !)

Combinée aux nombreuses annonces contradictoires en matière de fiscalité, cette politique sinueuse a découragé les chefs d’entreprise et aggravé le marasme de l’économie française : beaucoup d’acteurs reportant leurs décisions d’investir, de se développer, d’embaucher, à cause d’un environnement incertain, imprévisible et peu stimulant ...

Cette nouvelle usine à gaz des contreparties assorties de leur Observatoire, risque fort de retarder encore "l’enchaînement vertueux" de la multitude de décisions microéconomiques positives dont notre pays a urgemment besoin.

Or s’il est vrai que ce sont d’abord les entreprises qui créent des emplois, encore faut-il que les pouvoirs publics créent un climat de confiance et d’apaisement de façon à ce que les talents et les initiatives privées puissent s’épanouir et se déployer.

Comme le disait lors d’un colloque le fondateur de Viadeo, Dan Serfaty :
« En france nous avons tous les ingrédients [ pour faire une bonne cuisine économique ], mais il nous manque la sauce. »

Jacques Gautrand
jgautrand [ @ ] consulendo.com

Lire aussi...
 Présidentielle 2017
Le « modèle social français » en questions
 Le travail est-il fini ?
Non, car les besoins sont infinis !
 LA FRANCE EN 2017
Facteurs d’incertitudes et motifs d’espérance...
 IDÉES POUR 2017 (III)
Rêvons d’une France aux 20 millions d’actionnaires...
 Entrepreneurs,
qu’attendre des politiques ?
 IDÉES POUR 2017 (II)
La réforme fiscale , « mère » de toutes les réformes
 Démocratie directe vs Démocratie représentative :
laquelle triomphera à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux ?
 IDÉES POUR 2017 (I)
Pour ou contre un revenu universel d’existence ?
 La vraie "fracture" française
 DROIT DU TRAVAIL : LA RÉFORME INTROUVABLE
 L’esprit d’entreprise et d’initiative : une authentique « énergie durable » pour la France ...
Ne la décourageons pas !
 La grande transformation numérique
 L’économie « participative » en questions
 L’entreprise à valeur humaine, un modèle d’avenir
  L’économie française est pénalisée par l’accumulation de mauvaises décisions et de fausses "bonnes idées"
 L’investissement est la clé de la croissance ...
Mais de quel investissement parle-t-on ?
  Plutôt que de parler d’« emplois », si nous parlions de métiers, de professions, de savoir-faire, de qualifications, de talents …
 2015 :
Et si nous retrouvions (enfin !) la culture du projet ?
 Entrepreneurs >< Pouvoirs publics :
Quand parviendra-t-on à surmonter les incompréhensions ?
 Cession de l’entreprise aux salariés :
les effets pernicieux de la loi Hamon (suite)
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page