Des livres & des auteurs
« L’Empire du mail » de Jean Grimaldi d’Esdra (éditions Librinova)

« Au commencement était le mail » semble être la nouvelle règle de fonctionnement des managers. S’il (...)

Lire la suite 
Agenda
Du lundi 9 octobre 2017 au 22 octobre 2017
Entreprendre en franchise, pourquoi pas vous ?
 
Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/franchise/
Accueil - Initiatives & management : acteurs et témoignages
 
ETUDE
Des Français de plus en plus entreprenants
 

Entreprendre, créer sa boîte, se mettre à son compte... sont des décisions de plus en plus courantes aujourd’hui. Notamment pour les jeunes générations, baignant dans la culture "start-up", et qui voient dans l’entrepreneuriat le moyen de prendre en main leur destin et de donner du sens au travail. C’est un phénomène sociétal remarquable dans notre pays façonné par le culte des grandes institutions, de l’État "stratège", planificateur et protecteur... Où l’ambition de tout jeune cadre était, il n’y a pas si longtemps, de réussir un "plan de carrière" ascensionnel en CDI dans un grand groupe. Une étude publiée à l’occasion du 19ème salon SME à Paris (25 & 26 septembre 2017) confirme cette évolution.

15% des français de 18 à 65 ans sont ou ont été entrepreneurs, ce qui représenterait au total quelque 6 millions de personnes ayant l’expérience de l’entrepreneuriat dans leur parcours professionnel. C’est ce que fait ressortir une étude originale sur « L’entrepreneuriat dans les trajectoires professionnelles des français » réalisée par les organisateurs du salon SME à l’occasion de sa 19ème édition (Paris, 25 & 26 septembre 2017) *

Photo Libre

- 81% d’entre eux se sont lancés dans l’entrepreneuriat par choix et non comme un "pis-aller", précise l’étude du SME. Seulement 19% d’entre eux déclarent s’être mis à leur compte « par obligation, pour créer son propre emploi ou compléter ses revenus. »

« Les Français sont de plus en plus nombreux à considérer l’entrepreneuriat comme une étape de leur parcours professionnel. Pour certains, c’est l’unique projet professionnel de leur vie quand pour d’autres, ces activités entrepreneuriales alternent avec des périodes de salariat, par envie, challenge ou par contrainte pour créer leur propre emploi : il est parfois plus facile de trouver des clients qu’un employeur ! », commente Alain Bosetti, Président du Salon SME.

- 29% des « Français-entrepreneurs » disent « savoir qu’ils deviendraient entrepreneurs quand ils ont débuté leur parcours professionnel. »

- 74% d’entre eux ont choisi de créer leur propre entreprise. Cette proportion reste très élevée quel que soit l’âge de l’entrepreneur : de 72% pour la tranche 45/54 ans jusqu’à 90% pour la tranche 25/34 ans.

- Pour 78%, cette activité est exercée à titre principal c’est-à-dire qu’elle génère l’essentiel de leurs revenus.

Peu de salariés employés

L’écrasante majorité des entreprises créées ne compte que très peu de salariés : Au plus fort de leur développement, 94% des entrepreneurs emploient moins de 10 salariés.

Seulement 6% des créations deviendront des PME ou des ETI (entreprises de taille intermédiaire avec plus de 250 salariés)...

Rappelons que La France comptait en 2016, 3,61 millions de TPE employant moins de 10 salariés, soit selon l’INSEE, 96% du total des entreprises.

On dénombre chez nous quelque 4 000 ETI alors que l’Allemagne en compte trois fois plus !

La fin de l’aventure... n’est pas nécessairement définitive

On sait qu’une entreprise sur deux ne passe pas le cap des cinq ans (le taux de pérennité est cependant plus élevé lorsque le créateur bénéficie du soutien d’un réseau d’accompagnement à l’entrepreneuriat, ou lorsqu’il se lance au sein d’un réseau de franchise ou de commerce organisé).

L’aventure entrepreneuriale prend généralement fin lorsque l’entreprise ne parvient pas à être rentable et suffisamment rémunératrice :

- 22% des entrepreneurs interrogés lors de l’enquête du SME déclarent avoir cessé leur activité parce qu’elle dégageait des revenus insuffisants et 16% parce que ces revenus étaient instables, 11% parce que le développement de l’activité était insuffisant. 11% ont fait faillite ou déposé de bilan (cessation de paiement).

Pour autant, l’échec n’est plus considéré comme rédhibitoire : 50% des sondés se disent tout à fait prêts à entreprendre à nouveau et 34% le referaient peut-être.

53% jugent l’acte d’entreprendre comme « une expérience très enrichissante même si elle est difficile. »

(*) Étude menée pour le compte du Salon SME par l’institut Creatests, sur Internet, en juin et en juillet 2017, auprès de 2 071 français âgés de de 18 à 65 ans, résidant en France métropolitaine. L’échantillon est représentatif sur les critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle et de répartition géographique (méthode des quotas, sans redressement statistique).

Lire aussi...
 En cas d’échec de leur entreprise, 2 entrepreneurs sur 3 sont prêts à recommencer
 Des créneaux singuliers pour entreprendre en franchise ...
 Franchise et commerce organisé en réseaux : ça marche !
 Mediacités : ce nouveau média fait appel au crowdfunding pour devenir« multi-villes »
 Rebondir après un échec : c’est possible !
 Le crowdfunding séduit la Tunisie
 Jean Boissonnat (1929-2016)
Il a fait comprendre l’économie aux Français
 « Libérons les énergies ! »
Par Anne-Laure Constanza et Laurent Grandguillaume
 Le chantier vendéen Privilège Marine, lauréat du Prix Etienne Marcel 2016
 PME
Pourquoi faire appel à un directeur commercial/marketing à temps partagé ?
 FRANCHISE
Les réseaux lauréats 2016 des Coups de cœur de L’Express
 45 ans de franchise en France
 «  Dans une PME, les qualités d’une femme pourront mieux s’affirmer et être reconnues  »
 7ème édition du Grand Prix des « Bonnes Nouvelles des Territoires  »
 Sandra Le Grand :
« La croissance d’une entreprise dépend d’abord de la volonté de son dirigeant »
 Annick Hercend : « L’avenir de nos PME passe par l’international ! »
 Un directeur à temps partagé pour doper la croissance de votre PME ou de votre start-up !
 L’art de la décision dans un contexte de "surinformation"
 Mohed Altrad, sacré entrepreneur de l’année 2015 dans le monde
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page