Des livres & des auteurs
« L’Empire du mail » de Jean Grimaldi d’Esdra (éditions Librinova)

« Au commencement était le mail » semble être la nouvelle règle de fonctionnement des managers. S’il (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://www.franchiseparis.com
Accueil - Initiatives & management : acteurs et témoignages
 
Commerce & artisanat : une situation économique tendue
L’analyse de la FCGA
 

La FCGA (Fédération des centres de gestion agréés) vient de publier la 20ème édition de son étude annuelle « Chiffres et Commentaires » qui analyse le bilan de l’activité 2013 et les revenus de 75 professions du commerce et de l’artisanat, réparties dans 11 secteurs.
Extraits.

Pour la seconde année consécutive, l’activité des commerçants et artisans marque le pas en 2013.

Selon l’INSEE, les ventes TTC du commerce de détail et de l’artisanat commercial (boulangeries, pâtisseries, charcuteries) ont atteint 489 milliards d’euros en 2013. Comme l’année précédente, ces ventes restent orientées à la baisse en volume (-0,7%).

Ces données s’inscrivent dans un contexte de faible croissance persistante de l’économie française : le produit intérieur brut n’a progressé en 2013 que de 0,3%, proche de l’évolution enregistrée en 2012 (après un rebond de croissance de 2,1% en 2011).

La consommation des ménages n’a augmenté que très faiblement (+0,2%), soutenue par une légère baisse du taux d’épargne et par la stabilisation du pouvoir d’achat (après un recul de 0,9% en 2012). La hausse des prix à la consommation n’a été que de 0,9% en 2013 contre +2,0% en 2012 et +2,1% en 2011. Ce qui fait craindre à certains observateurs la menace de la déflation ...

Au niveau des entreprises, les chiffres d’affaires (CA) sont plus dynamiques dans le secteur non alimentaire (+0,2 %) que dans l’alimentaire (-1,5 %). Les ventes des magasins d’alimentation spécialisée et d’artisanat commercial diminuent de 1,8%, à un rythme un peu moins important qu’en 2012.

Dans le commerce et la réparation automobile, la tendance est identique : les ventes reculent de 3,3%, après une année 2012 particulièrement difficile (-6,6%).
Dans le prêt-à-porter, la Fédération nationale de l’habillement tire sur la sonnette d’alarme face à l’augmentation inquiétante des faillites de magasins en 2013 et en 2014 : 4 500 fermetures enregistrées au premier semestre ...

Des tendances confirmées par la 20ème édition de l’étude de référence de la FCGA Chiffres et Commentaires » qui vient d’être publiée (*)

Christiane Company - FCGA 2014 « Le coup de froid ressenti en 2012 se prolonge en cette année 2013. Dans un contexte d’évolution modeste des prix, le chiffre d’affaires moyen des TPE adhérentes à un Centre de gestion agréé (CGA) est quasiment stable (-0,4%) par rapport à l’année précédente. En matière de rentabilité, le résultat courant brut moyen se déprécie de 1,1 % amplifiant le mauvais résultat de l’année passée (-2,5% enregistrés en 2012).

Dans cette période difficile pour beaucoup d’entreprises, notre réseau s’efforce d’améliorer l’information économique sur les TPE. La valorisation et la reconnaissance du monde de la petite entreprise sont toujours des axes de travail prioritaires pour la FCGA », commente la présidente de la Fédération, Christiane Company, en introduction de l’étude.

* * *

SEULS DEUX SECTEURS SUR ONZE EN CROISSANCE ...

Toutes activités confondues, le chiffre d’affaires des petites entreprises du commerce et de l’artisanat régresse de 0,4% en 2013, tandis que le résultat moyen marque un recul de 1,1%, après une baisse 2,5% en 2012.

Sur les 11 secteurs d’activité analysés, seulement deux affichent un volume d’activité en progression : le transport (+1,8%) et le commerce de détail alimentaire (+1,1%).

L’équipement de la personne (-3,5%), l’équipement de la maison (-2,7%) et le secteur culture et loisirs (-2,2%) sont particulièrement affaiblis par la baisse des dépenses de consommation des ménages.

Selon l’INSEE, les détaillants en autres équipements du foyer (meubles, électroménager...) « souffrent d’une conjoncture immobilière morose. Le faible dynamisme du pouvoir d’achat est également peu propice à l’acquisition de biens durables ».

Moins atteints, mais tout de même dans le rouge : les services (-1,2%), l’hôtellerie-restauration (-0,7%), la beauté-esthétique (-0,2%) et l’artisanat du bâtiment (-0,2%) sont néanmoins aussi dans le rouge.

ET DES RÉSULTATS EN BAISSE ....

Les résultats courants net (déduction faite des charges sociales de l’entreprise et avant impôt) des petites entreprises sont fortement impactés par la dégradation de l’activité.

La rentabilité exprimée par la variation du résultat courant brut moyen affiche un retrait de 1,1% après une forte détérioration en 2012 : -2,5%.

Deux secteurs se distinguent parmi les onze étudiés :
- Le secteur de la santé gagne 2,2% en rentabilité alors que son niveau d’activité est en recul de 1,4%, et celui des transports qui gagne 1% après avoir perdu 1,5% en 2012.

Les neuf autres secteurs sont à la baisse :

-  Le bâtiment décroît de 0,5% contre -4,9% en 2012 et l’auto-moto est à -0,7% contre -5,3% l’année précédente. Les cafés-hôtels-restaurants accusent un recul de 3,0% après une année 2012 difficile, -5,9%. La rentabilité des détaillants alimentaires est grignotée de 1,1% après -1,5% en 2012. L’équipement de la personne et l’équipement de la maison s’effondrent de respectivement (voir ci-dessous) :

°°° Les trois plus fortes baisses de bénéfices concernent :

- L’équipement de la personne : -7,4%
- L’équipement de la maison : -4,2%
- L’hôtellerie-restauration : -3%

- Le secteur beauté-esthétique (-2,3%), la culture et les loisirs (-2%), les services (-1,2%) et le commerce de détail alimentaire voient également leurs marges fondre.

« En ces temps difficiles, les chefs d’entreprises des TPE étudiées ont nettement baissé leurs prélèvements personnels : -2,0%, bien que l’autofinancement brut se soit légèrement amélioré.
Ils ont fortement réduit leurs investissements
tout en continuant de se désendetter
 », commente la FCGA.
Ce dernier point est confirmé par les statistiques de la Banque de France : seulement 20% des PME ont sollicité auprès de leurs banques des crédits d’investissement. Et les banques commerciales remarquent que ces crédits concernent davantage des dépenses de renouvellement des équipements que des investissements de capacité...
Le marasme de notre pays est aggravé par cette "panne" de l’investissement.

LES TENDANCES 2014

L’Observatoire de la petite entreprise FCGA / Banque Populaire publie, par ailleurs, les évolutions des CA au 2ème trimestre 2014 (en comparaison du 2ème trimestre 2013).

Les plus fortes baisses :

- Bâtiment : -7,3%
- Équipement de la maison : -5,6%
- Automobile-Moto : - 3,2%

- Hôtellerie-restauration : -1,2%
- Équipement de la personne : - 0,9%

Parmi les secteurs en croissance, notons :

- Commerces de détail alimentaire : 2,7%
- Culture-loisirs-tabacs : 2,5%
- Entretien des parcs et jardins : 2%
- Services (nettoyage, immobilier ...) : 1,3%

PALMARÈS DES "REVENUS" ANNUELS

Le résultat courant moyen brut annuel des commerçants et artisans , c’est-à-dire avant prise en compte des cotisations sociales dues par le chef d’entreprise, est de 49 000 € en 2013. Hors le secteur santé, ce résultat est de 41 000 €.

Parmi les 77 professions présentées dans l’étude, 13 ont dégagé un bénéfice brut supérieur à 51 000 € en 2013 (cf. ci-dessous). Les professionnels de santé y côtoient toujours les ambulanciers et taxi-ambulances, les cafés-tabacs-jeux-journaux, les bouchers-charcutiers, les agences immobilières ou encore les couvreurs et les entreprises de nettoyage ... (...)
La dernière tranche du classement regroupe 24 activités professionnelles, contre 21 en 2012, dont les revenus sont inférieurs à 34 000 € : Les antiquaires, les ébénistes, les tapissiers-décorateurs en font toujours partie. De même, les salons de coiffure, les fleuristes, les taxis y sont recensés avec l’alimentation générale, la lingerie féminine, l’esthétique, les studios photos, la cordonnerie ou encore les pressings

Au top des professions qui gagnent le plus, on trouve :

- Les pharmaciens d’officine : 146 500 €
-  Les opticiens : 66 800 €
- Les ambulanciers et les taxis-ambulances : 55 585 €
- Et aussi, les prothésistes-dentaires (47 300 €), les débitants de tabacs-jeux-journaux (44 800 €), les cafetiers et débitants de tabacs-jeux (43 500 €), les bouchers (39 000 €)…

En bas de tableau, les trois professions qui gagnent le moins sont :
- Les coiffeurs à domicile : 10 500 €
- Les toiletteurs animaliers : 12 200 €
- Les exploitants de mercerie : 14 100 €

- Et aussi, dans cette catégorie, on trouve les parfumeries (15 000 €), les pressings (15 800 €), les salons de coiffure (17 300 €), les magasins de cadeaux et souvenirs (18 000 €)...

(*) Méthodologie :

La 20ème édition de l’étude « Chiffres et Commentaires » présente les indicateurs statistiques sur l’évolution économique de près de 200 000 TPE adhérentes des CGA membres du réseau FCGA/ANPRECEGA. Ces résultats sont calculés à partir des déclarations fiscales 2013.L’étude statistique menée par la FCGA porte sur les exercices clos en 2013 de 200 000 entreprises du commerce de détail, de l’artisanat commercial, des services et du bâtiment artisanal : 75 professions appartenant à 11 grands secteurs d’activité sont passées au crible par la Commission des études économiques de la Fédération.

Tous les mois, près de 70 centres de gestion agréés (CGA), répartis sur l’ensemble du territoire national, transmettent les chiffres d’affaires, rendus anonymes, de leurs adhérents à la Fédération. Les indices d’activité sont calculés chaque trimestre, à partir des chiffres d’affaires d’un échantillon de 15 000 petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services. L’évolution des activités est pondérée par le nombre d’entreprises recensées par l’INSEE dans chaque secteur considéré. Un questionnaire est parallèlement adressé chaque trimestre à près de 2 000 petites entreprises représentatives, permettant d’établir le baromètre du moral des dirigeants et de leurs intentions d’investissement et de recrutement.

Les 75 professions de cette étude sont regroupées en 11 secteurs d’activité : chacun d’entre eux présente des informations économiques et sociologiques permettant de positionner les TPE dans leur environnement. Une analyse sur l’évolution des critères de gestion et sur les niveaux de résultat vient compléter cette étude. Chacune de ces 75 professions fait enfin l’objet d’une analyse économique spécifique. Si ces résultats traduisent des tendances bien réelles, ils ne doivent en aucun cas être considérés comme des normes professionnelles.

- La FCGA forme un réseau d’information et d’assistance aux TPE présent sur l’ensemble du territoire national et capitalise une expertise économique et sociale reconnue de la petite entreprise. Près de 300 000 petites entreprises (TPE) sont adhérentes des 103 Centres de Gestion Agréés (CGA) :
- 92 % des entreprises nationales ont moins de 10 salariés
- 50 % des TPE imposées au BIC sont adhérentes à un CGA.

Rappelons que grâce à l’adhésion à un CGA, le revenu imposable de l’entreprise n’est pas majoré de 25 % !

Les CGA, structures associatives de proximité, constituent un pôle remarquable de conseils collectifs : aide à la gestion, formation et prévention fiscale. Les TPE bénéficient d’une offre pédagogique attractive (les CGA sont parmi les premiers centres formateurs de la petite entreprise avec plusieurs centaines de milliers d’heures annuelles de formation).

Lire aussi...
 Des créneaux singuliers pour entreprendre en franchise ...
 Franchise et commerce organisé en réseaux : ça marche !
 Mediacités : ce nouveau média fait appel au crowdfunding pour devenir« multi-villes »
 Rebondir après un échec : c’est possible !
 Le crowdfunding séduit la Tunisie
 Jean Boissonnat (1929-2016)
Il a fait comprendre l’économie aux Français
 « Libérons les énergies ! »
Par Anne-Laure Constanza et Laurent Grandguillaume
 Le chantier vendéen Privilège Marine, lauréat du Prix Etienne Marcel 2016
 PME
Pourquoi faire appel à un directeur commercial/marketing à temps partagé ?
 FRANCHISE
Les réseaux lauréats 2016 des Coups de cœur de L’Express
 45 ans de franchise en France
 «  Dans une PME, les qualités d’une femme pourront mieux s’affirmer et être reconnues  »
 7ème édition du Grand Prix des « Bonnes Nouvelles des Territoires  »
 Sandra Le Grand :
« La croissance d’une entreprise dépend d’abord de la volonté de son dirigeant »
 Annick Hercend : « L’avenir de nos PME passe par l’international ! »
 Un directeur à temps partagé pour doper la croissance de votre PME ou de votre start-up !
 L’art de la décision dans un contexte de "surinformation"
 Mohed Altrad, sacré entrepreneur de l’année 2015 dans le monde
 Terramie :
le concept original du jardin "à visée thérapeutique"
 RESTAURATION
"Food Trucks" : ça carbure !
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page