Des livres & des auteurs
"Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant

Au départ, il voulait simplement "indexer" l’Internet... Comment le moteur de recherche américain (...)

Lire la suite 
Nos partenaires
 
A méditer...
Recevoir la newsletter
 
Flux RSS
http://www.franchiseparis.com
Accueil - Des livres & des auteurs
 
Philippe Simonnot
« Chômeurs ou esclaves - Le dilemme français »
Editions Pierre-Guillaume de Roux - 2013
 

Alors que le chômage atteint un niveau record en France (près de 5 millions de personnes sans emploi ou en sous-emploi !), le dernier livre de l’économiste Philippe Simonnot au titre provocateur ne laissera pas indifférent.
C’est dans l’histoire du Droit - plus spécifiquement la rédaction du Code civil, puis la construction du Code du travail au cours des décennies, que l’auteur recherche l’archéologie de ce « dilemme français. »

Paradoxe. Contrairement à l’imprécation de Georges Pompidou à la fin des années soixante : "si le chômage dépasse les 500 000 personnes, ce sera la révolution ...", les Français semblent s’être résignés au cours des décennies à un chômage durable (« On a tout essayé ... » , soupirait naguère François Mitterrand à l’Elysée).

Depuis la Révolution de 1789, analyse Philippe Simonnot, les élites de notre pays sont hantées par le spectre de l’esclavage. Au début du 19ème siècle, les rédacteurs du Code civil (alors Code Napoléon) craignaient que le salariat ne rétablisse l’esclavage. On parlait alors de "louage du travail" - il n’était pas encore question de "droit du travail" élaboré ... A l’époque, on distinguait le travail manuel, lequel pouvait faire l’objet d’un échange marchand - car on ne louait que sa force physique - et « le travail intellectuel qui engageait toute la personne, et donc ne pouvait être récompensé que par des honneurs... » Dans l’inconscient français on est toujours resté, par rapport au travail, dans cette "logique de l’honneur" qu’a fort bien analysée le sociologue Philippe d’Iribarne (1989).

Mais, souligne Philippe Simonnot, cette « dichotomie entre la force de travail et la personne du travailleur » est désormais intenable : elle est remise en cause par l’organisation du travail moderne, où l’interaction entre le travailleur et les interfaces numériques engage à la fois son physique et son intelligence ...

Pourtant cette approche archaïque reste encore très prégnante dans la culture et l’inconscient français, au point que certains "bien-pensants" estiment aujourd’hui « qu’il vaut mieux être pauvre sans travail qu’un travailleur pauvre ... »
La confusion culturelle entre travail et esclavage (le mot "servage" nous paraîtrait plus approprié car il correspond à ce que fut la situation prévalant sous l’Ancien Régime) a généré, dans le sillage des luttes sociales et du mouvement ouvrier, une construction juridique subtile et la compléxification continue des lois sociales. A l’arrivée, on se retrouve aujourd’hui avec un arsenal législatif et réglementaire littéralement écrasant, dont le seul but est de rendre acceptable le "lien de subordination" institué en droit entre l’employé et son employeur (notion, semble-t-il, typiquement française).

Ce qui conduit Philippe Simonnot à qualifier le salariat d’« esclavage civilisé » ... Les syndicats très attachés à la défense de ce "lien de subordination" qui fonde le statut du salarié apprécieront ...

On doit en tout cas s’interroger : pourquoi des millions de travailleurs acceptent-ils (ou même le revendiquent avec la bénédiction des syndicats) ce "lien de subordination" plutôt que de lui préférer le travail indépendant ?
Seules les contreparties en termes d’avantages sociaux et de protection sociale obtenues au fil des décennies par les salariés peuvent expliquer ce consentement général à une forme de "servitude volontaire" ... - Camus déplorait que l’homme moderne, né libre, montre toujours une préférence pour la servitude.

Aujourd’hui ces contreparties sociales représentent un coût très élevé pour la collectivité nationale (les prélèvements sociaux et fiscaux atteignent 46% du PIB français, soit 15 points de plus en trente ans !) Un fardeau excessif qui pèse sur l’ensemble de l’économie et finit par l’entraver.
Ce surcoût destiné à rendre acceptable la subordination consentie par les salariés ne génère-t-il pas en même temps la raréfaction de l’emploi ?

L’empilement des lois sociales, l’hypertrophie de notre code du travail et les nombreuses contraintes règlementaires qui pèsent sur les entreprises ont pour effet pervers de dissuader l’embauche, tout en surprotégeant ceux qui sont à l’intérieur du système ...

« Les exclus du travail ne feront pas la révolution : les chômeurs ne descendent pas dans la rue. Tandis que les salariés à l’intérieur des entreprises se tiennent tranquilles de peur de se retrouver sans emploi ... De sorte que, plus il y a de chômeurs, et plus il y a d’esclaves, et plus il y a d’esclaves plus il y a de chômeurs », conclut l’auteur.

Qu’on le partage ou non, son diagnostic à l’emporte-pièce a le mérite de forcer la réflexion sur la nature et l’organisation du travail au 21ème siècle. Encourageons les élus de la Nation, qui ont à graver prochainement dans la loi « la sécurisation du travail », à engager, avec d’autres, cet indispensable chantier de refondation sociétale.

J.G.

- Nous publions, ci-dessous, des extraits de la conclusion de l’essai de Philippe Simonnot, avec l’aimable autorisation de l’auteur.
« Chômeurs ou esclaves - Le dilemme Français », de Philippe Simonnot - Editions Pierre-Guillaume de Roux -2013

« Chômeurs ou esclaves - Le dilemme Français »
Philippe SimonnotPar Philippe Simonnot *

« Le nombre des sans-emplois en France atteindra sans doute 3,5 millions fin 2013. À partir de ce nouveau pic, il n’est pas impensable que le nombre de chômeurs diminue. C’est ce que des économistes intéressés ont soufflé au président de la République sous le sapin de Noël. D’où le pari qu’a pris publiquement François Hollande dans ses vœux pathétiques du Nouvel An : « Toutes nos forces seront tendues vers un seul but ; inverser la courbe du chômage d’ici un an. Nous devrons y parvenir coûte que coûte. »

Coûte que coûte, on a bien entendu. Traduisons : à coup d’emplois bidons subventionnés sur fonds publics qui transformeront de vrais chômeurs en faux travailleurs aux frais du contribuable. Cent mille « emplois d’avenir » s’ajouteront à cent mille « contrats de génération ». Soit deux cent mille créations d’emplois en 2013. Juste ce qu’il faut pour répondre à l’arrivée de 120 000 personnes sur le marché du travail à cause de l’augmentation démographique et à la destruction annoncée de 80 000 emplois.

Une fois encore une intervention de l’État essaie de corriger les effets d’une autre intervention de l’État – un cercle vicieux en mouvement perpétuel. (...)

Editions Pierre-Guillaume de Roux L’un des lieux communs de l’anticapitalisme français veut que l’économie de marché soit « court-termiste », aveuglée qu’elle serait par une course cupide au profit le plus rapide possible. Mais que dire de la plus haute autorité de l’État dont l’horizon est limité par la formule « d’ici un an », digne d’un crédit revolving ? François Hollande, comme tout politicien, cherche à gagner du temps (...)

En tout cas, gageons que, même si la courbe du chômage est inversée, le nombre des sans-emplois restera supérieur en 2017, quand Hollande sollicitera un second mandat, à ce qu’il était en 2012. Un nouvel étiage dans la montée du chômage de masse aura été franchi. Malédiction sur nous !

Chômage ou esclavage, le dilemme français a sa propre dialectique. À préférer le chômage à l’esclavage, beaucoup de nos concitoyens amplifient la terreur d’être virés dans le camp de ceux qui ont encore un emploi. De sorte que plus il y a de chômeurs, et plus il y a d’esclaves, et plus il y a d’esclaves plus il y a de chômeurs.

L’issue ne peut qu’être tragique dans un pays aussi divisé, aussi disparate, aussi violent que le nôtre. Et c’est pourquoi la prédiction de Pompidou (ce serait la révolution en France si le nombre de chômeurs atteignait 500 000) risque enfin de se réaliser… »

Philippe Simonnot

* Economiste, ancien journaliste au Monde, Philippe Simonnot dirige l’Observatoire économique de la Méditerranée ainsi que l’Atelier de l’économie contemporaine. Il s’intéresse notamment aux problèmes monétaires. Il dirige le Séminaire monétaire de l’Institut Turgot.

- « Chômeurs ou esclaves - Le dilemme Français »
un essai de Philippe Simonnot
Editions Pierre-Guillaume de Roux - 112 pages - 2013

> Parmi ses autres livres :
- « La Monnaie, histoire d’une imposture », co-signé avec Charles Le Lien, Paris, Perrin, 2012.
- « Le Jour où la France sortira de l’Euro », Paris, Michalon, 2010.
- « Vingt et un siècles d’économie : en vingt et une dates-clés », Paris, Les Belles lettres, 2002.

Lire aussi...
 "Dans la Google du loup" de Christine Kerdellant
 FRANCHISE 2017
Le Guide complet est paru !
 Isaac Getz
« La liberté, ça marche ! L’entreprise libérée, les textes qui l’ont inspirée, les pionniers qui l’ont bâtie » (Flammarion)
 « Ils se croyaient les meilleurs...
Histoire des grandes erreurs de management »
de Christine Kerdellant
 FRANCHISE
Le Guide complet 2016
 « Éloge de la gentillesse en entreprise »
d’ Emmanuel Jaffelin
  A propos de l’essai :
« Le moteur du changement : la Démocratie sociale ! »
 « C’est la vie ! »
de Jean-Louis Servan-Schreiber
  « Le leadership de l’amour »
d’Emmanuel Toniutti
 FRANCHISE
Le guide complet 2015
 « Histoire d’une névrose, la France et son économie »
 Jean-Louis Servan-Schreiber
« Pourquoi les riches ont gagné »
 Denis Pennel
« Travailler pour soi -
Quel avenir pour le travail à l’heure de la révolution individualiste ? »
 « Pour la croissance,
la débureaucratisation par la confiance. »
 Bernard Giroux
"Medef : confidences d’un apparatchik"
 « Qui sont vraiment les dirigeants des PME ? »
 Bernard Brizay -
« La France en Chine »
 Christophe Labarde
« Je dis (enfin) oui à mon projet de vie ! »
 « L’Entrepreneur et l’Indigné - Deux façons de changer le monde »
 Présentation
 Jacques Gautrand Conseil

 Imprimer

 Envoyer à un ami

  Plan du site  |   Mentions légales  |   Crédits  |   Haut de page